Connectez-vous S'inscrire
Move-On Magazine / Actu, Agenda & Billetterie de vos Sorties! #BONPLAN

PRECIMASK le masque durable à filtre céramique nettoyable


Louis Bouverat-Pernat, qui dirige HPB, nous parle sans filtre de cette innovation


| Publié le Jeudi 9 Juillet 2020 | |

PRECIMASK ©DR
PRECIMASK ©DR
Nous parlons de masques innovants. Révolutionnaires ?
Peut-être pas mais ils constituent une rupture par rapport à ce qui existe.
Ce masque est né en plein cœur du chaos, du confinement. Alain Auffret , Directeur Technique de Pracartis, a vu comme la plupart d’entre nous le désarroi des équipes médicales en manque de masques, puis les masques en papier ou en tissu abandonnés un peu partout. Comme nous collaborons sur pas mal de sujets d’innovation, il m’appelle un jour parce qu’il sait que HPB possède, entre autres, un vrai savoir-faire dans le domaine de la céramique, et il me demande si un masque avec filtres en céramique est réalisable. Il part de l’utilisation des céramiques sur les filtres à particules pour les automobiles et veut savoir si les filtres en céramique permettraient de respirer.
Spontanément, je lui réponds « Pourquoi pas ? »

De par ses activités, le groupe HBP que vous dirigez, est bien placé pour intervenir dans ce domaine.
Chez HBP, nous avons trois activités. Le décolletage constitue la branche ancestrale, avec l’usinage. Le secteur de la fixation plastique et en matériaux composites a été développé plus tard. Depuis peu de temps, nous avons racheté une start-up grenobloise, Nanoceram, que nous avons rapatriée dans la vallée de l’Arve. Cette entreprise avait réalisé pas mal de projets d’innovation, avec le CEA par exemple. Avec Nanorecam, nous avons créé le projet Punchi qui tourne autour de l’usinage de la céramique.
Pracartis, Nanoceram collaboraient déjà dans ce projet Punchi destiné à usiner la céramique. Il faut préciser que Nanoceram réalise tout de A à Z, depuis l’élaboration des poudres de céramique jusqu’à la mise en œuvre, à l’usinage, au pressage…

Nous réalisons déjà beaucoup de choses en céramique, mais qui n’ont rien à voir avec la filtration. Nous connaissions, bien sûr les FAP (filtres à particules) pour les véhicules diesel, les filtres à eau, alors pourquoi ne pas imaginer des filtres à air et les intégrer dans des masques barrière, FFP1, 2, 3 ?
Notre premier essai n’a pas été concluant mais nous avons continué. Le projet a démarré de façon très expérimentale, comme ça.

Personne n’est mort asphyxié pendant les essais ? (rires).
Non ! Nous avons pu vérifier en revanche que la céramique est un matériau totalement amorphe. On l’utilise, par exemple, dans le domaine dentaire, pour toutes sortes de prothèses. La céramique est parfaitement biocompatible, ce qui est un avantage déterminant.
La gageure était de trouver une céramique poreuse.

Qui filtre mais laisse passer.
Exactement. Nous avons pu relever ce défi à la suite d’une batterie d’expérimentations. Mais notre cahier des charges comportait aussi une autre exigence : à ce volet filtrant, d’ordre sanitaire, nous voulions apporter une touche réhumanisante et permettre, malgré le port de masques, de voir les visages, les expressions des interlocuteurs, leur sourire.

Le visage est l’identité des gens.
C’est pourquoi nous avons voulu un masque totalement transparent.

Il est opérationnel ? Où en êtes-vous ?
Nous avons deux prototypes qui fonctionnent. Nous sommes dans la phase de validation des normes et d’industrialisation pour pouvoir fabriquer en grandes séries. Avec HBP et Pracartis, qui sont à l’origine du projet, nous avons fait appel à un 3° partenaire indispensable qui a les capacités industrielles. Nous avons mené la RED (Recherche et Développement), nous savons réaliser, grâce à notre maîtrise du décolletage, les capsules en aluminium qui reçoivent les filtres et Saint-Gobain nous apporte sa puissance de production mais aussi sa force commerciale dans de nombreux pays parce que le projet suscite de l’enthousiasme.
 

PRECIMASK ©DR
PRECIMASK ©DR
C’est un produit conçu en Haute-Savoie et qui pourrait gagner la planète.
Même si le projet n’est pas totalement abouti, nous commençons à prendre des pré commandes. Nous ne les encaissons pas mais elles nous permettent d’évaluer le marché. Nous nous tenons prêts à produire 2000 masques par semaine à partir d’octobre 2020, sachant qu’il faudra peut-être en produire 10 000  dès novembre. Il faudra assurer une montée en cadence en fonction des besoins.
Avec la communication, nous sommes dans une étude de marché en temps réel. Il faut prendre en compte les besoins et les demandes liés au virus mais aussi les métiers du bâtiment- une entreprise de peinture m’a appelé hier- on peut penser à la carrosserie et à bien d’autres filières professionnelles qui souhaitent passer du masque jetable au masque durable.

Vous avez des chances d’être sollicités par des gens, des professionnels qui verront un intérêt auquel vous n’avez pas pensé.
La Fondation des personnes malentendantes est intéressée. Avec le masque en papier ou en tissu, il est impossible de lire sur les lèvres.

On peut imaginer une utilisation par des acteurs de théâtre, avec un micro incorporé, par des chanteurs et par le public.
Nous avons des contacts avec une entreprise de transports qui envisage peut-être d’équiper de masques tout son personnel en contact avec les voyageurs.

Dans le folklore scientifique, il y a presque toujours ce fameux « Euréka ! » Vous savez précisément comment est née l’idée de ce masque ?
Certainement en regardant ces chaînes d’infos en boucle qui nous abrutissent. Alain a éteint la télé et s’est dit qu’il fallait faire quelque chose.

Cette idée vient à point.
Elle est une source de diversification, que nous permet l’étape déjà réalisée avec la céramique. Nous sommes parfois bien loin du décolletage ! Comme lorsque nous réalisons des pâtes céramiques médicales ou bien destinées à imprégner des textiles techniques. Je découvre des choses, des domaines au fur et à mesure que nous avançons. Les premières sont destinées à des patches qui réduisent la douleur musculaire ; l’imprégnation de textiles sportifs à certains endroits permet, elle, d’accroître la performance sportive. Certains clients pensent déjà à du 100% céramique, du full print.
L’aventure continue. Nous nous lançons avec Pracartis dans l’hydrogène, la pile à combustible où la céramique a son rôle à jouer.
Nous avons plein de projets d’innovation pour sortir de ce statut de sous-traitant du décolletage trop souvent soumis aux fluctuations du marché.
 

PRECIMASK ©DR
PRECIMASK ©DR
Qu’est-ce qui permet d’être atypique, inventif ?
La curiosité personnelle, l’état d’esprit de l’entreprise, des échecs ! Lors de la crise de 2008, nous avions inventé quelque chose qui marchait mais qui ne se vendait pas. Nous n’avons pas complètement abandonné l’idée… Avec les masques, nous ne faisons pas la même erreur de départ, le marché est là !
Notre masque est durable, il ne nécessite pas de consommables, ce sont ses points constants ; il peut proposer par contre différents niveaux de filtration en changeant la capsule chargée de cette fonction.
En octobre 2020, nous mettrons sur le marché notre premier niveau de filtration (les masques barrière). On vise à terme le FFP3, on sait comment faire mais les certifications sont beaucoup plus longues à obtenir. Les choses se feront progressivement.

L’économie s’est pratiquement arrêtée pendant le confinement, ce masque sera un outil parfait pour éviter ce problème, comme celui de l’enseignement peut-être.
Quel serait le coût de ce produit ?
Il faut prendre en compte le coût des masques actuels qui est de 30 euros par salarié et par mois.
Notre masque sera aux alentours de 150 euros, coût définitif puisqu’il s’agit d’un produit durable. Les filtres se nettoient en fonction des protocoles, éventuellement à l’eau savonneuse, pas besoin de les changer. À terme, une puce indiquera à l’utilisateur quand nettoyer le filtre.

Le masque va devenir « intelligent ». Cette fonction sera utile pour tous mais encore plus dans les entreprises, dans les bureaux.
Les sportifs, joggers ou cyclistes en ville, en milieu pollué, auront intérêt à s’équiper de notre masque. La visière est réalisée avec la technologie des masques de ski, avec un traitement anti-buée et anti-rayures.

Vous allez vous associer à des stylistes ?
L’un de nos partenaires de la Vallée de l’Arve, Savoy International, travaille sur des matières plastiques techniques et transparentes. Les parties qui assurent l’étanchéité avec le visage, en silicone, sont réalisées par Le Joint Technique, qui se trouve du côté de Lyon.
Les filtres céramique sont enveloppés dans des cartouches aluminium colorées, rouges, bleues… il y a toute une gamme.

Elles seront parfumées ?
Pour l’instant non, mais ce n’est pas impossible. J’ai déjà été contacté en ce sens. Le Joint Technique a créé la marque Gorilla qui développe des lacets en silicone à mémoire de forme. Nous allons les utiliser pour l’attache du masque. Ils pourront être pastel, fluo…

On est en pleine science-fiction esthétique.
C’est ça. Nous faisons le pari de transformer un masque peut-être obligatoire en accessoire de mode. C’est d’autant plus intéressant que le port de cet objet peut se développer même sans les contraintes sanitaires liées à la menace d’un virus particulier. On peut penser à la pollution, bien sûr, mais aussi à la grippe, aux allergies.
C’est pourquoi nous voulons commercialiser un objet esthétique et très agréable à porter.

Notez



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 7 Mai 2020 - 18:08 Jeux vidéo : le nouveau facteur social


Paul Rassat
Contributeur Ambassadeur chez Move-On Magazine. En savoir plus sur cet auteur


   < Page PDF < Page PDF      


1.Posté par Liadzé. Alexandre le 20/07/2020 08:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tres intéressé par ce masque et desire precommander 2 exemplaires

2.Posté par Jean-Paul Deremble le 04/09/2020 21:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je suis très intéressé par votre masque,
je veux en réserver 2 dès à présent

merci et bravo

3.Posté par Sagrafena Franck le 08/09/2020 15:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je suis très intéressé par vos masques est il possible d'avoir le tarifs et une date de livraison svp

4.Posté par François le 15/09/2020 14:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjours,

Je souhaiterais passer une commande pour ce masque en tant que particulier.
Bien cordialement M François

Nouveau commentaire :

Découverte | Miam ! | Pastille Verte | Technologie | Décalé | Bon Plan | Couponing | Jeu Concours

Recevoir la newsletter

L'actualité par mots-clés




L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  



Ajouter mon événement à l'agenda gratuitement !





Lien Facebook MoveOnMagazineLien Facebook MoveOnMagazine SportLien Facebook MoveOnMagazine CorporateLien Facebook MoveOnMagazine Nocturne Lien Twitter MoveOn MagazineLien Instagram MoveOn Magazine







Derniers Connectés
Alhambra GENÈVE
Rémy WALTER
RRP COMMUNICATION
Théâtre DES COLLINES
Claude RIABTCHOUK
Concerts A.S.M.V
Terra Natura LES AMIS DU VIEUX SEYNOD
OCA OFFICE DE LA CULTURE ET DE L'ANIMATION
Nâves MAISON DE LA MONTAGNE
Annie AUCHERE
C. MJC TEPPES
Nacha DE WINNE
Loic BOICHOT
Anouk DAUDIN