Connectez-vous S'inscrire
Move-On Magazine / Actu, Agenda & Billetterie de vos Sorties! #BONPLAN

Tu Nous Za Pas Vus Productions bien visibles en mars aux Papeteries Image Factory/Annecy


Une société arlésienne de plus en plus présente


| Publié le Dimanche 1 Mars 2020 | |

Merry Christmas Monsieur Hulot ©David Merveille
Merry Christmas Monsieur Hulot ©David Merveille
C’est un peu l’histoire de trois associés qui voulaient attirer le quatrième à Arles… et l’inverse qui s’est produit. Thomas Giusiano, Mathieu Rey et Marc Rius n’ont pas résisté aux arguments de Ludovic Habas et du milieu annécien de l’image en mouvement animé par CITIA.
Rencontre avec Ludovic.
 
Ludovic, vous êtes quatre associés et vous êtes le mousquetaire déjà installé à Annecy.
Et qui ne faisait pas partie de la première société.

C’est donc comme les mousquetaires, trois plus un.
Les trois autres ont été mes professeurs lorsque j’étais étudiant, nous avons toujours gardé le contact. J’ai commencé à travailler en stage avec eux. Nous avions créé une petite série alors qu’ils n’avaient pas encore vraiment lancé leur studio. Par la suite il m’est arrivé de donner des cours dans leur école.

Ces relations prouvent qu’il peut y avoir de bons profs !
L’école et les profs sont exceptionnels. C’est pour cette raison que je suis allé faire mes études à Arles alors que je suis originaire de Toulouse. Par la suite je  me suis installé à la périphérie de Genève  mais  j’avais découvert Annecy par le Festival, ce qui m’a convaincu d’habiter ici. J’ai déménagé alors que je travaillais encore à Genève et puis le trajet quotidien, la qualité de vie à Annecy m’ont convaincu que je devais me lancer seul.
 

Ludovic à l'ordi
Ludovic à l'ordi
Alors que vos anciens profs essayaient de vous attirer à Arles, c’est vous qui les avez convaincus de venir à Annecy.
J’ai quand même travaillé huit mois à Arles avec eux sur un projet qui s’appelait Les Légendaires. Ils ont commencé à en avoir plein d’autres et me demandaient de temps en temps si je souhaitais revenir dans le sud. J’avais pris mes marques professionnelles et surtout personnelles ici, je ne voyais donc pas quitter Annecy mais je souhaitais continuer à travailler avec eux. A la ville, à l’environnement merveilleux, il faut ajouter toute la dynamique de l’animation. Je venais chaque année au Festival alors que j’étais encore étudiant. J’étais émerveillé par le lac, par les environs. Le passage par la Suisse m’a permis d’acheter un appartement en ville, j’étais installé, c’est finalement eux qui sont venus.

Votre spécialité est le graphisme 3D. Que faisiez-vous précisément à Arles ?
De la direction technique. L’animation 3D est un peu comparable à une sculpture, à une marionnette. Au départ, il faut construire l’enveloppe d’un personnage, forme, couleurs, mais il faut aussi concevoir une armature à la façon de celle d’une marionnette pour pouvoir faire bouger le personnage. C’est une partie très technique dans laquelle je suis spécialisé. Elle est moins artistique que les autres domaines de création mais très importante. On me demandait de réaliser les squelettes des personnages. Comme les marionnettistes ont des dispositifs pour animer manuellement leurs personnages, il faut aussi concevoir ce qui va permettre l’animation des personnages en 3D, des sortes de «  petites manettes ».

 

Quelques créations déjà réalisées
Quelques créations déjà réalisées
C’est tout ce que le spectateur ne voit pas mais c’est en relation directe avec la création.
Le travail se fait en équipe. Mes « patrons » vont être les animateurs. Il faut leur donner le squelette qui leur conviendra le mieux, avec les meilleurs contrôleurs possibles, les mouvements qui vont le mieux en fonction de leurs besoins.

Plus vous êtes performant, meilleurs sont les résultats de vos collègues.
L’animation étant un travail d’équipe, chacun se doit d’être performant dans son domaine.

L’installation aux Papeteries est pour bientôt ?
En mars, normalement. Yannick Heude et Mickaël Marin nous aident dans cette démarche. À Arles risquait de se  poser un problème de place en raison du développement  sur un long métrage, sur des courts métrages et sur de la série . L’objectif serait de commencer à Annecy par des courts métrages pour délester un peu Arles et profiter du soutien de CITIA .
Il y a aussi le projet Merry Christmas Monsieur Hulot  qui va nécessiter des équipes plus importantes. C’est Marc qui y tient tout particulièrement. Comme Jacques Tati l’a toujours fasciné, TNZPV a acquis les droits pour transcrire Monsieur Hulot en dessin animé. Vraisemblablement les parties techniques se feront à Annecy et les étapes suivantes à Arles. Lucas est directeur technique, comme moi. Il travaille déjà pour Arles depuis Annecy.
 

D’autres projets vont sans doute se développer à Annecy après ce qu’on peut considérer comme une période de rodage.
Travailler au début sur des projets communs et permettre peut-être que des projets différents émergent ensuite même si les relations vont demeurer très étroites.

On va donc voir de plus en plus à Annecy l’équipe de Tu Nous Za Pas Vus.
Grâce à votre installation, Annecy devient encore plus le centre du monde de l’animation.
Le Festival est une excellente vitrine de notre travail, et puis il y a toutes les structures sur place, l’Ecole des Gobelins, CITIA toute l’année, d’autres studios…

Avec en plus une alchimie particulière. Patrick Eveno signalait la surprise et l’enchantement des gens du monde entier qui découvraient un festival de cette portée dans une ville de taille modeste mais magnifique.
Le coût de la vie peut freiner certaines installations, d’où l’intérêt que CITIA aide les nouveaux arrivants qui sont attirés par tous les paramètres que nous avons cités et par de réels talents déjà sur place.

L’ensemble crée des échanges, une émulation. Dans votre salon il y a sept ordinateurs, il y en aura combien lorsque vous aurez un immense bureau aux Papeteries ?
A Arles il doit y en avoir quarante !

En plus de votre activité dans la technique 3D, je remarque chez vous toutes sortes de personnages.
Toy Story, d’autres personnages, une importante bibliothèque de blue ray. J’ai toujours été passionné par les films à grand spectacle. Jurassic Park  a été une claque énorme qui a changé ma vie et qui m’a donné envie d’entrer dans ce type d’activité. Le tombeau des lucioles est exceptionnel, lui aussi. Enfant, j’adorais Dragon Ball Z.
Je baigne vraiment dans tout cet environnement du cinéma.
 
TNZPV  ?
Il paraît que Thomas, Mathieu et Marc discutaient avec passion du projet de création d'un studio à Arles lors du Festival. Une connaissance a voulu les aborder dans le bar où ils étaient installés et l’un d’eux lui aurait dit « Tu nous as pas vus ! »
Et ça a marché ! L’histoire continue….
A suivre.

Notez



Paul Rassat
Auteur, Rédacteur et Reporter chez Move-On Magazine. En savoir plus sur cet auteur


   < PDF version Papier < PDF version Papier      

Nouveau commentaire :

Festival | Concert | Exposition | Spectacle | Danse | Théâtre | Cinéma | Conférence | Littérature

Recevoir la newsletter

L'actualité par mots-clés




L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            



Ajouter mon événement à l'agenda gratuitement !





Lien Facebook MoveOnMagazineLien Facebook MoveOnMagazine SportLien Facebook MoveOnMagazine CorporateLien Facebook MoveOnMagazine Nocturne Lien Twitter MoveOn MagazineLien Instagram MoveOn Magazine







Nos Reportages Photos Cuturel
Prêts pour la descente vers Tignes ? ©Paul Rassat
Galerie Confinement © Christophe Rassat
Chefs Rossignol © Jean-Marc Favre
Till Rabus © Paul Rassat
2019-09-15 - Contest - 183 ©David Favre
17 & 18 Juillet 2019 - Festival Gully ©David Favre
Orga / Festival de la Meuh Folle Avril 2019 ©David Favre