Connectez-vous S'inscrire
Move-On Magazine / Actu, Agenda & Billetterie de vos Sorties! #BONPLAN

Rencontre avec Arnaud Ducret à l'affiche du film "Mine de rien". À voir !


Arnaud Ducret nous parle du film "Mine de rien".
Film de Mathias Mlekuz, prix du public au festival de l'Alpe D'huez 2020 et désormais disponible en VOD.


| Publié le Mercredi 22 Avril 2020 | |

Film "Mine de rien" avec Arnaud Ducret ©M.ES. productions, Orange Studio
Film "Mine de rien" avec Arnaud Ducret ©M.ES. productions, Orange Studio
Mine de rien est un film généreux. C’est l’impression qui domine.
Je n’ai été entouré pendant le tournage que de gens généreux. Je crois que ça se ressent aussi parce que le réalisateur, Mathias Mlekuz parle de son enfance à travers ce film. Il aime ces gens, cette région, c’est chez lui, c’est son cœur.
La dimension poétique m’a convaincu de tourner ce film à la fois généreux et poétique qui est un conte social avec de la comédie, un peu d’absurde, de la tristesse, la vie quoi.

Un conte réaliste. Entre le conte et le réalisme, le lien se fait par l’humour et la tendresse.
Lors de la projection à l’Alpe d’Huez-le film a obtenu le Grand Prix. On ne s’attendait pas à ce que les gens soient autant émus par les moments de nostalgie. Ce n’est pas ce que j’avais lu en premier dans le scénario mais tant mieux.

Qu’ont apporté les acteurs non professionnels sur le tournage ?
Ce sont de véritables « gueules ». C’est ce que j’aime quand je regarde un film, ces gueules qui apportent beaucoup de réalisme, de vérité. Tout le monde s’est senti dans la même histoire pendant le tournage.

Le casting est particulièrement juste, chacun est à sa place et puis on peut voir des clins d’œil ici ou là, comme ce moment où le jeu entre Rufus, Hélène Vincent et les sonorités évoque Delicatessen. Mais le personnage principal est le cadre, la mine qui donne tout son sens au reste.
C’est ce qui rassemble tout le monde. Encore maintenant parce qu’il y a eu des drames au fond de la mine et que tout le monde y est noir, sans différences. Tout le monde est à la même enseigne et dépend de l’attention des autres, c’est ce qui fait leur fierté.
 


© 2018 M.E.S. PRODUCTIONS – ORANGE STUDIO
© 2018 M.E.S. PRODUCTIONS – ORANGE STUDIO
Parlez-nous de votre personnage.
Ce qui me convainc d’abord, habituellement, c’est une histoire générale, mais j’ai tout de suite été intéressé par ce personnage, par le fait qu’il est au fond du trou. Nous nous sommes dit avec Mathias qu’il ne sourirait qu’à l’ouverture du parc, à la fin. Il est spectateur de sa vie avant d’en devenir acteur. Il subit, subit… jusqu’au moment où le projet fonctionne.
J’ai été très touché aussi par la dimension paternelle, la relation avec ses enfants. Il doit regagner leur respect, le respect de la vie, c’est tout ce combat qui m’a plu.

Mine de rien nous fait voyager dans le temps, entre les francs et les euros. On est parfois un peu perdu, hors du temps et cette impression est renforcée par les fringues intemporelles des personnages.
C’est voulu.

Et avec Alzheimer en plus !
C’est ce que voulait Mathias, ce côté années 80. On ne sait pas trop, on se demande si des gens comme ça existent encore ; c’est sans doute lié à des images d’enfance.

Le personnage de la maire incarne les éléments de langage, la pensée standard, toute faite face aux autres personnages qui sont ce qu’on appelle désormais de "vraies gens".
Bien qu’ils aient passé leur enfance ensemble. La mamie qui s’occupe de son enfant trisomique fait partie de ces vraies gens, oui. Regardez autour de vous, vous verrez plein de gens handicapés. C’est la vraie vie. Et puis l’histoire d’amour entre Rufus et Hélène Vincent est très jolie, très poétique.
J’ai beaucoup remercié Hélène Vincent pour ce qu’elle renvoyait à son fils, mon personnage.
 

Film "Mine de rien" avec Arnaud Ducret ©M.ES. productions, Orange Studio
Film "Mine de rien" avec Arnaud Ducret ©M.ES. productions, Orange Studio

Film "Mine de rien" avec Arnaud Ducret ©M.ES. productions, Orange Studio
Film "Mine de rien" avec Arnaud Ducret ©M.ES. productions, Orange Studio

Un film généreux, un film d’équipe dont le titre déjà annonce la couleur, noire comme le charbon et le moral par moments, arc-en-ciel quand l’amitié, l’entraide et l’amour prennent le dessus. Mine de rien du tout, dévalorisée, désaffectée et qui, sans en avoir l’air, insuffle suffisamment de force aux personnages, à ces ratés de la vie, pour qu’ils reprennent espoir.

La plupart étaient décentrés, sans place sociale ni professionnelle ni même sentimentale définie ; ils retrouvent grâce à la mine et à un projet commun, grâce à leurs racines, la possibilité de se projeter dans l’avenir.
On ne dira jamais assez l’importance des bistrots comme lien social. Le personnage très discret mais central qu’incarne Mélanie Bernier est essentiel pour servir des tournées et faire tourner l’histoire.
Un coup de casquette aussi à Philippe Rebbot, « tombé pour un rien, comme Al Capone, pour un bouton sur le cul » et « poignardé comme César par son meilleur ami ».
Mine de rien, un film dans lequel soufflent l’esprit de la vie, de l’amour, l’amitié, la tendresse, la dérision, l’humour, la poésie ; à la fois un documentaire à la Depardon, un conte, un film engagé dans l’humanité, une tendre et forte réflexion sociale.
Un véritable regard.
Un film à voir, quoi !

N'hésitez pas à laisser vos commentaires de votre soutient en bas de page. 



 

Notez



Paul Rassat
Contributeur Ambassadeur chez Move-On Magazine. En savoir plus sur cet auteur


   < PDF version Papier < PDF version Papier      

Nouveau commentaire :

Festival | Concert | Exposition | Spectacle | Danse | Théâtre | Cinéma | Conférence | Littérature

Recevoir la newsletter

L'actualité par mots-clés




L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        



Ajouter mon événement à l'agenda gratuitement !





Lien Facebook MoveOnMagazineLien Facebook MoveOnMagazine SportLien Facebook MoveOnMagazine CorporateLien Facebook MoveOnMagazine Nocturne Lien Twitter MoveOn MagazineLien Instagram MoveOn Magazine







Nos Reportages Photos Cuturel
Prêts pour la descente vers Tignes ? ©Paul Rassat
Galerie Confinement © Christophe Rassat
Chefs Rossignol © Jean-Marc Favre
Till Rabus © Paul Rassat
2019-09-15 - Contest - 183 ©David Favre
17 & 18 Juillet 2019 - Festival Gully ©David Favre
Orga / Festival de la Meuh Folle Avril 2019 ©David Favre