Connectez-vous S'inscrire
Move-On Magazine / Actu, Agenda & Billetterie de vos Sorties! #BONPLAN

Kuzylarsen, chanteur, poète, voyageur €

| Publié le Dimanche 29 Septembre 2019 | |


Mathieu Kùzylarsen ©Olivier Donnet
Mathieu Kùzylarsen ©Olivier Donnet
Alors que l’époque abreuve nos microsillons neuronaux d’injonctions à regarder la réalité en face, à gérer, à programmer, à s’alarmer citoyens, la poésie de Kuzylarsen et son inspiration libertaire nous font décoller du quotidien pour plonger dans des associations de sons, de mots, d’images entre mondes, entre cultures, entre aperçus.
C’est peut-être dans l’entre deux que se tient la conversation la plus intéressante.
 
Conversation avec Kuzylarsen
 

Ton album s’écoute avec grand plaisir parce que c’est de la poésie à l’état pur. D’où te vient cette inspiration ? Et le fait que les textes, la voix et l’instrument, le oud, forment vraiment un univers indissociable?
J‘ai baigné un certain temps dans la culture moyen orientale. J’ai découvert le oud à Tunis, la volonté de découvrir l’univers de cet instrument m’a poussé à voyager dans le monde arabe, partout où il est présent. J’ai donc été influencé par les musiques de ces régions mais pas uniquement. J’ai rencontré des artistes, j’ai parlé poésie. J’ai beaucoup joué avec des Iraniens et j’ai été imprégné de la poésie soufie iranienne, autant que par la culture beatnik, par Brautigan. Ces univers se sont rejoints, d’où sans doute la forme un peu particulière de mes chansons, avec une musique aux inflexions orientales et une écriture qui vient d’ailleurs. Je suis peut-être un peu moins « actuel » par rapport aux chansons du moment.

Peut-être, mais avec une profondeur due aux références à Abou Nawas, à Gainsbourg, à Nina Simone…Chaque auditeur peut aussi voyager dans son propre univers grâce au levier que sont tes chansons. « Belles de nuit » m’a fait penser au livre de Kawabata « Les belles endormies ».
Le voyage est un peu ma vie, je suis allé jusqu’au Japon, en effet, mais je suis toujours revenu à Bruxelles. C’est mon point d’ancrage parce que la ville est particulière. La Belgique est un peu un no man’s land qui fait qu’elle est une plaque tournante, avec des gens qui viennent de partout. C’est la continuation de mes voyages, c’est pour cette raison que j’aime Bruxelles.

Il est possible de voyager sans quitter Bruxelles. De voyager géographiquement, culturellement, dans tes références, au point que tu arrives à placer une shampouineuse dans ta chanson « Mademoiselle Aïcha ».
C’est un double clin d’œil. C’est drôle que tu en parles ; oui, c’est un clin d’œil à l’album de Gainsbourg « L’homme à la tête de chou », que je trouve formidable, et il faut savoir que la femme de Ben Ali, le dictateur tunisien, était une ex shampouineuse…

A eux deux, ils ont shampouiné la Tunisie !
Exactement.
Kuzylarsen, chanteur, poète, voyageur
Rédigé le Dimanche 29 Septembre 2019

Interview | Portrait | Reportage | Festival | Concert | Exposition | Spectacle | Théâtre | Cinéma | Conférence | Littérature

Recevoir la newsletter

L'actualité par mots-clés




L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          



Ajouter mon événement à l'agenda gratuitement !















Nos Reportages Photos
Derniers Connectés
Alhambra GENÈVE
RRP COMMUNICATION
Rémy WALTER
Théâtre DES COLLINES
Claude RIABTCHOUK
Concerts A.S.M.V
Renoir THÉÂTRE
Terra Natura LES AMIS DU VIEUX SEYNOD
OCA OFFICE DE LA CULTURE ET DE L'ANIMATION
Nâves MAISON DE LA MONTAGNE
C. MJC TEPPES
Nacha DE WINNE
Loic BOICHOT
Anouk DAUDIN