Connectez-vous S'inscrire
Move-On Magazine / Actu, Agenda & Billetterie de vos Sorties! #BONPLAN

Jean-Pierre Montmasson en deux escales à l‘Alliance Française/Annecy


Exposition du 14/11 au 20/12 et Causerie le 11/12 (18h30)


| Publié le Dimanche 10 Novembre 2019 | |

Jean-Pierre Montmasson est revenu à son port d’attache. Il y expose ses carnets de voyage et donnera une « causerie au long cours » sur la « Géopolitique du bastingage », histoire de montrer que le dessin est un discours et que la parole illustre et fait vivre.
 
Le voyageur-dessinateur nous reçoit chez lui et nous comprenons très vite la nécessité du voyage en cargo qui permet de canaliser l’imagination débordante, de la contraindre dans un chemin qui ouvre sur l’aventure et la rencontre.
_ J’ai commencé la pratique des Carnets de Voyage en 1995. J’ai toujours un petit carnet qui permet de sauter du Pâquier à Genève et en Iran ou en Ouzbekistan et un autre est consacré à un voyage en particulier.

Ce qui donne une géographie politique, culturelle mais aussi  une géographie du cerveau et des souvenirs.
Pour moi le carnet de voyage permet de déposer ce qui se passe dans la tête, les images du voyage, bien sûr, avec les odeurs, le mouvement, associées à d’autres images de ce qu’on a déjà vécu. Tout ce qui nous vient.

A condition d’être curieux pour susciter les rencontres et les découvertes.
C’est le carnet qui est l’initiateur de la rencontre. Si je m’installe avec mon carnet même au Pâquier, je vais être abordé par plein de gens.

Parce qu’on va de plus en plus vite et qu’une personne posée, qui prend le temps de regarder,  doit intriguer.
C’est du vrai ! C’est magique. Ici ou bien en Australie, les gens photographient mon carnet, avec mon autorisation, ou non !

La magie vient de ce qu’il n’y a pas d’instrument, pas d’appareil intermédiaire. C’est une sorte de circuit court qui implique l’œil et le cerveau et s’exprime directement par la main et le crayon sur un support visible immédiatement. On en perd l’habitude.
Effectivement, c’est plus proche de l’écriture que de la photo. Sur ce carnet (que feuillette Jean-Pierre) on saute de la Grèce aux Îles Marquises : tout est fait sur place.

Un carnet est donc le vecteur entre le voyage, le local et le souvenir.
On passe ensuite de Zanzibar aux Pyramides…

Il ne t’arrive pas de te demander « Où suis-je ? »
Non, c’est toujours le même bonhomme, rêveur, qui aime voyager pour être avec les autres. Je suis un optimiste. Je pense que si on réunit des gens autour du beau, on supprime les disputes.
C’est aussi un partage. Lors de mon dernier voyage par cargo, arrivé en Polynésie j’avais oublié mon carnet sur la passerelle, je remonte le chercher, le commandant de bord m’inflige une punition : remplir une page sur son carnet de bord.

Carnet de voyage et carnet de bord relèvent de la même démarche.
Exactement ! Je conseille le voyage en cargo à toutes les personnes qui partent à la retraite ! C’est d’ailleurs assez proche d’une retraite dans un monastère. C’est une rupture bénéfique.

Une autre temporalité.
J’ai même pu dessiner récemment dans le monastère de Ganagobie, en particulier dans le cloître – ce qui est normalement interdit- et j’ai  ensuite présenté mes carnets.

On voyage aussi bien en monastère qu’en cargo !
L’église est un vaisseau magnifique. A l’intérieur d’une église romane on se révèle navigateur.

Et Annecy est un trop petit bateau ?
J’y connais trop de monde et il me faut y trouver des angles particuliers, comme cette idée de dessiner avec une amie les cafés de la ville.

Les cafés sont des lieux de rencontres, on revient à cette notion essentielle.
Comme les cargos sont des lieux d’observation. A Savannah, en Caroline du sud, qu’est-ce qu’on charge pendant l’escale ? Six cents tonnes de poulet à l’eau de javel qui vont être refourguées aux Fidji ou ailleurs.
Pour revenir à ce que nous disions, carnet de bord ou de voyage, on navigue grâce aux instruments les plus modernes mais la route du bateau est tracée à la main toutes les heures. Sur cette page, je reporte notre route jusqu’à La Jamaïque. Et puis je montre de système des essuie glace…

Sur une double page on a la géographie, de la politique, de la technique, ton écriture. C’est un assemblage, comme le voyage lui-même.
Exactement, mais le départ est visuel.

Le résultat est une sorte d’autobiographie dans laquelle n’apparaît presque pas le pronom « Je ». Une première personne très présente mais à travers l’observation, la fixation de la mémoire.
[Mémoire fabuleuse : Jean-Pierre se souvient du nombre de véhicules transportés sur ce navire, du nombre de containers sur cet autre, de celui des gratte-ciel de Panama…Les dessins, le discours qui se rejoignent forment un présent intemporel qui passe de Marseille à Kuala Lumpur, de Naples à Malte, à Gênes…des containers à la mondialisation]
 
Les caisses sur un bateau sont plus agréables que des touristes, elles crissent, elles pleurent, mais elles t’embêtent pas, elles abritent des oiseaux, des lettres d’amour parfois…

Si on interprète bien ce que tu dis, ce que tu dessines, tout vient d’une frustration : le lac d’Annecy est trop petit !
J’adore le lac mais il y a malgré tout la montagne. Dès que je vois des grues, une digue..j’adore , je rêve. J’aime voir ce qu’il y a derrière. Gamin, je me baignais dans les vagues du Pays Basque. Je me demandais d’où elles venaient. De New York ! Mais une fois que tu es allé de l’autre côté, tu as perdu ! Tu as perdu de la magie.

Satisfaire tous ses désirs n’est pas une bonne chose ?
Si, mais pas dans n’importe quel ordre.

Il faut avoir la curiosité et la disposition d’esprit qui permettent de dépasser ce qui pourrait parfois être une déception.
Totalement. C’est sans doute de cette démarche que vient la « Géopolitique du bastingage », qui est aussi une géopolitique de l’âme. Les voyages sont ponctués d’étapes où afflue le monde entier.

Il s’agit de réenchanter le monde.

[Pour celles et ceux qui trouvent le lac d'Annecy trop petit, le Léman pas assez grand]

Notez



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 15 Octobre 2019 - 01:08 MUSEE DE MONTMARTRE - COLLECTION WEISMANN & MICHEL €

Vendredi 13 Septembre 2019 - 14:57 Dé.payser / Exposition Imagespassages

Jeudi 4 Juillet 2019 - 09:24 Imagespassages, demandez le programme !


Paul Rassat
Auteur, Rédacteur et Reporter chez Move-On Magazine. En savoir plus sur cet auteur


   < PDF version Papier < PDF version Papier      

Nouveau commentaire :

Interview | Portrait | Reportage | Festival | Concert | Exposition | Spectacle | Théâtre | Cinéma | Conférence | Littérature

Recevoir la newsletter

L'actualité par mots-clés




L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  



Ajouter mon événement à l'agenda gratuitement !















Nos Reportages Photos Cuturel
2019-09-15 - Contest - 183 ©David Favre
High Five Festival 2018- ©HHF
Tomorrowland Belgium 2018 ©julienduval
Les Médiévales d'Andilly 2018 ©Wooloomooloo
Sosh_Big_Air_2017__lifestyle_tanner_hall_071017_
Fête du Lac Annecy 2017 © Jean-Marc Favre
Musilac 14 Juillet 2017 - 087 ©David Favre