Connectez-vous S'inscrire
Move-On Magazine / Actu, Agenda & Billetterie de vos Sorties! #BONPLAN

Jacques A. Bertrand "Chronique de la vie continue" 1984 (réédité en 2020 chez Julliard)


Broderies de pensées musicales avec un zeste de philosophie, quelques fleurs de poésie, relevées d’humour, le tout gaillardement dressé puisque « L’érection de l’homme était en communion avec une croupe de jument universelle. »


| Publié le Vendredi 17 Juillet 2020 | |

« La vie est continue. La vie continue.
C’est précisément lorsqu’elle aurait pu ne pas continuer – quand nous venons d’avoir l’impression fugitive qu’un moment elle est restée suspendue – que nous assurons : la vie continue.
Je crois que non seulement la vie continue après l’Apocalypse mais encore elle aura continué pendant l’Apocalypse. » …

« La consistance de ce que je croyais inconsistant m’apparaît pleinement et elle m’apparaît à la mesure de mon inconsistance. Cette inconsistance au cœur de la consistance me maintient au centre de la gravité de la voiture-bar. C’est une tension, un mouvement suspendu. Comme une sensation de plus être qui m’interdirait de vouloir être plus, sous peine de retomber lourdement. »

Rien ! C’est ce qu’il reste en surface de la lecture d’un livre pensé par Jacques A. Bertrand. Rien parce que tout a été consommé, assimilé, les mots et les arêtes, la syntaxe et les os, la pensée et la syntaxe liées en une musique inédite.

Dans sa voiture-bar, J.A.B rejoint la théorie de la relativité, la physique quantique : sans rien faire, nous nous déplaçons à la vitesse de la lumière.

J.A.B écrit une musique en suspension, qui ne s’appesantit sur rien, dont la légèreté presque détachée de la narrativité tisse le présent avec le passé, la conscience avec les faits et l’observation des faits, la mauvaise conscience avec la bonne et avec celle du lecteur. Une musique qui procède par thèmes déroulés en de longues phrases et reprises, broderies à la manière d’une araignée qui tisserait d’abord très large et souple pour refermer sa toile ensuite sur elle-même et se nourrir de soi. En une extrême lucidité, en une mise en musique de soi pour atteindre l’autre.
L’autre en soi ?
Une musique légère dont la lecture s’appesantirait sur les espaces entre les notes.

« Écrire est d’une oisiveté fébrile." (L’oisiveté est la chose la plus difficile que je connaisse, en dehors de la non-oisiveté.)
Oxymore, contre-oxymore et dix de der !
« Déjà la vie continuait. »…
« La joie est une question sans point d’interrogation. »

Un livre de Jacques A. Bertrand aussi. Qu’on emporte avec soi.


Notez



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 1 Juillet 2020 - 11:30 La Fête du Livre de Talloires 2021


Paul Rassat
Contributeur Ambassadeur chez Move-On Magazine. En savoir plus sur cet auteur


   < PDF version Papier < PDF version Papier      

Nouveau commentaire :

Festival | Concert | Exposition | Spectacle | Danse | Théâtre | Cinéma | Conférence | Littérature

Recevoir la newsletter

L'actualité par mots-clés




L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  



Ajouter mon événement à l'agenda gratuitement !





Lien Facebook MoveOnMagazineLien Facebook MoveOnMagazine SportLien Facebook MoveOnMagazine CorporateLien Facebook MoveOnMagazine Nocturne Lien Twitter MoveOn MagazineLien Instagram MoveOn Magazine







Nos Reportages Photos Cuturel
Prêts pour la descente vers Tignes ? ©Paul Rassat
Galerie Confinement © Christophe Rassat
Chefs Rossignol © Jean-Marc Favre
Till Rabus © Paul Rassat
2019-09-15 - Contest - 183 ©David Favre
17 & 18 Juillet 2019 - Festival Gully ©David Favre
Orga / Festival de la Meuh Folle Avril 2019 ©David Favre