Connectez-vous S'inscrire
Move-On Magazine / Actu, Agenda & Billetterie de vos Sorties! #BONPLAN

« Dérèglements » par la Compagnie du 3° étage, prochainement au BFM à Genève


#DANSE
Entretien avec Josua Hoffalt, danseur étoile à l’Opéra de Paris et pour la Compagnie du 3° étage.
Le 6 mai à 16h30, Bâtiment des Forces Motrices - Genève.


| Rédigé le Mardi 1 Mai 2018 |

Petite Clemence Gross et Francois Alu - par Julien Benhamou
Petite Clemence Gross et Francois Alu - par Julien Benhamou
Josua, le précédent spectacle donné par la Compagnie du 3° étage s’appelait « Désordres », celui que vous présentez à Genève le 6 mai s’intitule « Dérèglements ». Vous êtes toujours dans une veine qui bouscule. Vous êtes à la frontière de la fiction et du mensonge, vous associez le classicisme et la modernité, l’humour et l’excellence.
Oui, exactement. Je parle aussi pour le chorégraphe Samuel Murez. Nous allons encore un peu plus loin que dans le spectacle précédent en ajoutant d’autres questionnements. Nous associons un ton irrévérencieux et un patrimoine qui vient de ce que tout notre groupe vient de l’Opéra de Paris.

Votre démarche est liée à notre époque et peut-être du besoin de vous exprimer différemment qu’à l’Opéra ?
Nous n’avons aucun problème avec le classicisme, et d’ailleurs le répertoire de l’Opéra est très large et nous permet d’explorer de nombreuses voies, de nombreux types de danse. Ce qui distingue « Désordres »ou »Dérèglements » est plutôt le ton, qu’on n’a pas l’habitude de proposer  dans des spectacles de danse, ainsi que certains questionnements qui ne sont pas abordés dans notre milieu.

Le public qui vient voir « La compagnie du 3° étage » est celui qui vous suit déjà à l’Opéra ? S’y ajoutent des gens qui viennent chercher cette originalité que vous leur offrez ?
Une partie du public nous suit parce qu’il sait que nous venons de l’Opéra, effectivement. Il est attiré par une forme d’excellence. Une autre partie nous suit fidèlement pour retrouver le nom du groupe. Il nous importe aussi que ceux qui ne connaissent rien à la danse réalisent qu’on peut tout de même y prendre du plaisir, s’y divertir autant que dans n’importe quel autre type de spectacle. La notion de divertissement, qui peut parfois être considérée comme vulgaire, nous tient à cœur. Nous sommes là loin de l’élitisme qui fait qu’on peut accepter de s’ennuyer parce que c’est de la danse, quelque chose de noble. Il est possible de proposer un spectacle très virtuose techniquement mais accessible à tous.

Vous dansez différemment qu’à l’Opéra ?
Oui, parce qu’on se sent libéré de certaines contraintes et les gens le reconnaissent.

Le nom de la compagnie « 3° étage », d’où vient-il ?
Au 3° étage se trouvent les loges des gens du groupe de ballet, celles des solistes se trouvent au 2° étage. Beaucoup de gens de notre groupe sont devenus solistes, je suis moi-même devenu danseur étoile, mais nous avons conservé notre nom de départ.
 
www.3e-etage.com

Représentation au Bâtiment des Forces Motrices le 6 mai à 16h30 :
http://www.bfm.ch/fr/programme/dereglements-de-samuel-murez/
 

   < PDF version Papier < PDF version Papier      
Notez




Paul Rassat
Rédacteur et Reporter chez Move-On Magazine En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 17 Octobre 2018 - 19:01 Les cinémas Nemours-Annecy fêtent leurs 40 ans !

Dimanche 14 Octobre 2018 - 23:32 Frédéric Beigbeder, rider de la sémantique



Nouveau commentaire :

Interview | Portrait | Reportage | Festival | Concert | Exposition | Spectacle | Théâtre | Cinéma | Conférence | Littérature



Recevoir la newsletter

L'actualité par mots-clés




L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        



Ajouter mon événement à l'agenda gratuitement !





Nos Reportages Photos Cuturel
High Five Festival 2018- ©HHF
Tomorrowland Belgium 2018 ©julienduval
Les Médiévales d'Andilly 2018 ©Wooloomooloo
Sosh_Big_Air_2017__lifestyle_tanner_hall_071017_
Fête du Lac Annecy 2017 © Jean-Marc Favre
Pharaonic 2017 - Bob Sinclar - Big Ali ©Lempens
Jean Sulpice ©jean-Marc favre