Connectez-vous S'inscrire
Move-On Magazine / Actu, Agenda & Billetterie de vos Sorties! #BONPLAN

30 jours max de Tarek Boudali : interview et bande-annonce


Move-On magazine est allé à la rencontre de Tarek Boudali et Julien Arruti avant la sortie en salles du film au Pathé Annecy ce mercredi 14 Octobre


| Publié le Mardi 13 Octobre 2020 | |

Tarek Boudali et Julien Arruti en tournée promo pour le film 30 jours max ©Damien Tiberio
Tarek Boudali et Julien Arruti en tournée promo pour le film 30 jours max ©Damien Tiberio
Tarek, on dirait que tu t'inspires de films bien connus du grand public, est-ce le cas ?
Oui clairement, par exemple du Die Hard avec Bruce Willis, ou du Mission Impossible avec Tom Cruise, il y a du Sherlock Holmes aussi de Guy Ritchie, dans le parking exactement ... il y a pas mal de séquences en effet, ça m'inspire ou sinon ce sont des clins d’œil.

Est-ce que justement tu as fait le film car des scènes te tenaient à cœur ? Tu voulais être cascadeur ? Tu t'es dit tient je vais pouvoir tout mettre dans ce film et me faire plaisir à fond ? On ressent que tu t'ait fait plaisir et que tu veux le transmettre, par exemple au moment du passage dans la vitre.
Effectivement tu parles de la vitre, et c'était très compliqué, c'était du vrai verre ! Une vitre de 90 kilos ! On me larguait de 6 mètres de haut et je devais venir briser la vitre. Bien évidemment il y avait une sorte de détonation pile avant que je ne rentre dedans pour la mettre en morceaux, c'est ça l'effet, mais tu as quand même une pression de te dire que ne serait-ce qu'une demi-seconde trop tard je me mange la vitre... ça aurait donné une tout autre scène si la vitre ne serait pas brisée, imagine le petit bonhomme qui colle (rire). On a fait plusieurs fois la prise et je me suis quand même loupé plusieurs fois... je pense même le mettre dans le making off.
Je me suis loupé des fois trop bas, mes jambes sont rentrées et mes fesses ont tapé le bas, je me suis pris toute la vitre sur moi, et j'ai fini avec des hématomes énormes... mais c'est les risques du métier de cascadeur, je l'ai voulu, mais on a réussi la scène.
Ce qui est marrant, par rapport à la phrase que tu dis, quand je suis heureux, c'est qu'à la fin je dis "oh putain ! J'ai réussi !", mais c'était à double sens, j'avais vraiment réussi à la 8 ou 9ème prise et dans le personnage, c'est pareil, il n'y croyait pas. Je n'avais que 10 vitres, il fallait que ça passe. 
 

Une scène que tu aurais voulu voir mais qui n'y est pas ? Une cascade ?
Une cascade oui, qu'on n'a pas pu faire à cause des autorisations, elle était dangereuse... mais je la garde pour moi pour vous la sortir plus tard, juste un indice, c'est avec un hélicoptère.
Du James Bond ?
Je ne dirais rien, et je ne sais pas dans quelle catégorie je pourrais la mettre... Mais pour vraiment répondre à ta question de savoir si j'ai fait ce film pour les cascades... non du coup. C'est vraiment, que quand on a écrit un film, on part vraiment d'un point de départ, et après, c'est celui-ci qui nous amène à créer le personnage et l'histoire, et c'est vrai. Comme je me suis dit que le personnage principal pensait qu'il allait mourir, mais en réalité non, il fallait vraiment qu'il fasse des trucs fous... quand tu es policier, tu peux faire des trucs très dangereux, donc c'est venu naturellement.

J'ai une question sérieuse pour toi Julien, faut-il toujours un mec plus barré que le barré principal pour faire passer le barré principal pour un mec presque normal ?
Oui en effet, c'est une question à prendre avec sérieux, une très bonne question car souvent, c'est vrai, les personnages principaux on a l'impression qu'ils ne font pas des trucs de fou, alors que ... si. Alors que là Tarek, avec toutes ses cascades et puis toutes ses grosses vannes complètement décalées, au final il ne passe pas pour le plus fou de tous, ce qui est marrant d'ailleurs, car ça devrait être le cas... et souvent aussi dans les autres films c'est souvent ça... Je me suis bien amusé dans le film.
Tarek reprend : dans les comédies en fait c'est souvent le personnage principal qui est le moins drôle, c'est souvent les secondaires qui sont les plus drôles.

Tu avances avec la bande à Fifi ?
Normal, je sers d'abord les copains (rire) ! ... non mais j'avais d'abord bien les idées dans ma tête et j'étais bien entouré avec ma première assistante, mon chef opérateur et mon script. Si après j'avais un doute j'en parlais aux amis directement pour recueillir des avis.

Tu n'as pas un mentor, une personne qui te guide ?
Non, vraiment je me forme beaucoup tout seul, sur le terrain beaucoup aussi... Je suis un autodidacte et entrepreneur.
 

Tarek Boudali et Julien Arruti en tournée promo pour le film 30 jours max ©Damien Tiberio
Tarek Boudali et Julien Arruti en tournée promo pour le film 30 jours max ©Damien Tiberio
Concernant José Garcia, l'invitation à rejoindre le film s'est passée comment ?
Déjà pour préciser, on n'avait pas écrit le script précisément pour lui, c'est au moment de la recherche de l'acteur qu'on s'est dit en premier qu'on allait en parler à José, et puis il a tout de suite accepté alors que je ne le connaissais même pas.
Il avait envie d'être le méchant ?
Oui en plus il avait une envie d'un rôle de méchant à ce moment-là. Justement il m'a dit, "je n'ai pas fait le méchant depuis longtemps et j'ai vraiment envie de jouer le méchant".
Il a bossé son personnage en amont, il a beaucoup travaillé, très concentré dans son rôle.

30 jours max, pas besoin de plus finalement ?
Oui effectivement il se passe une semaine...

Faut-il être au pied du mur pour changer de comportement et d’attitude comme dans le rôle que tu as joué ?
Justement le but du film est de dire qu'il ne faut pas en arriver là pour se bouger et changer, il ne faut pas attendre le dernier moment pour se dire "j'aurais dû". C'est-à-dire la vie est courte, et si on a des rêves il faut se donner les moyens, ne pas avoir de regrets. Il faut vivre avec ses envies et essayer de les assouvir.
C'est aussi le point de départ de l'idée de ce film, c'est la base. Un jour je me suis posé une question conne, qu'est-ce que je ferais s'il me restait peu de temps à vivre... et je me suis dit que c'était une bonne idée pour un film. En vérité on est plein à se mettre des barrières, on se mets tous des barrières, mais l'idée c'est d'essayer. Je n'ai pas mis dans ce film ce que j'imaginais moi, j'ai plus construit un personnage.

30 jours max de Tarek Boudali : interview et bande-annonce
"Rayane est un jeune flic trouillard et maladroit sans cesse moqué par les autres policiers. Le jour où son médecin lui apprend à tort qu’il n’a plus que trente jours à vivre, Il comprend que c’est sa dernière chance pour devenir un héros au sein de son commissariat et impressionner sa collègue Stéphanie. L’éternel craintif se transforme alors en véritable tête brûlée qui prendra tous les risques pour coincer un gros caïd de la drogue…"

Notez



Move-On Magazine
Directeur chez Move-On Magazine (et multi-fonction) En savoir plus sur cet auteur


   < PDF version Papier < PDF version Papier      

Nouveau commentaire :

Festival | Concert | Exposition | Spectacle | Danse | Théâtre | Cinéma | Conférence | Littérature

Recevoir la newsletter

L'actualité par mots-clés




L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  



Ajouter mon événement à l'agenda gratuitement !





Lien Facebook MoveOnMagazineLien Facebook MoveOnMagazine SportLien Facebook MoveOnMagazine CorporateLien Facebook MoveOnMagazine Nocturne Lien Twitter MoveOn MagazineLien Instagram MoveOn Magazine







Nos Reportages Photos Cuturel
Prêts pour la descente vers Tignes ? ©Paul Rassat
Galerie Confinement © Christophe Rassat
Chefs Rossignol © Jean-Marc Favre
Till Rabus © Paul Rassat
2019-09-15 - Contest - 183 ©David Favre
17 & 18 Juillet 2019 - Festival Gully ©David Favre
Orga / Festival de la Meuh Folle Avril 2019 ©David Favre