Connectez-vous S'inscrire
Move-On Magazine / Actu, Agenda & Billetterie de vos Sorties! #BONPLAN

16e édition des Images hispano-américaines Online - Présentée par le président de l’ADCH


Pas question pour l’Association pour la Diffusion de la Culture Hispanique d’annuler leur festival annuel des Images hispano-américaines. Cette année, c’est online que se déroulera la 16e édition. Luc Rodriguez, président de l’association, nous présente le festival et nous en dit plus sur ce défi technologique et cet acte de résistance.


| Publié le Lundi 15 Mars 2021 | |

Portrait Luc Rodriguez ©Luc Rodriguez
Portrait Luc Rodriguez ©Luc Rodriguez

« On est proche de ce que les acteurs vivent… »

L’Association pour la Diffusion de la Culture Hispanique vous invite à célébrer online la 16e édition des Images hispano-américaines.
Le festival se tiendra du 26 mars au 5 avril 2021. Il aura lieu sur la plate-forme Festival Scope.
Entre le 15 et le 26 mars aura lieu la pré-vente des pass sur Festival Scope. Les internautes pourront acheter des passes à 20 euros. Les adhérents de l'association, quant à eux, auront les pass à 10 euros. Entre le 26 mars et le 5 avril, les pass pourront toujours être achetés. Mais il y aura la possibilité d'acheter un ticket à la séance. La séance coûtera 3 euros.
Il y a douze films, dix fictions et deux documentaires. Ils sont diffusés en version originale sous-titrée français et accessibles partout sur le territoire français depuis un ordinateur, une tablette ou un portable. Les bandes-annonces et la liste des films sont disponibles sur la plateforme.
   Mais ce n'est pas tout ! Il y a des bonus. Ce sont des interviews de réalisateurs. L'idée est de prolonger le plaisir du film. Nous préparons également une soirée en direct live le jeudi 1 avril et ce n'est pas un poisson ! Par exemple, nous aurons en direct, à 20 h, Hubert Sauper, le réalisateur d’Epicentro. Il est franco-autrichien. Les internautes pourront donc suivre en direct et éventuellement intervenir sous forme de tchat. La plateforme pour retrouver ces bonus n'est pas la même que pour le festival. Elle est communiquée sur notre site internet.

La forteleza
La forteleza
Aviez-vous songé à annuler le festival ?
Effectivement, on s'est posé beaucoup de questions. On attendu jusqu'à décembre. On réfléchissait au jour le jour, puis à un moment donné on a dû prendre une décision. On ne voulait pas disparaître une deuxième année de suite des écrans. Pour autant, ne pas annuler signifiait qu'on s'embarquait dans une épopée qui nous échappe totalement. Il faut reconnaître que nous sommes une association de bénévoles. Certes, implantés depuis très longtemps sur Annecy, mais, n'empêche que nous ne savions pas du tout comment aborder le problème : plateforme ? Où ? Qui ? Comment ? Quel coût ? Comment on s'organise ? Donc, début janvier, nous avons sauté le pas ! C’est aussi une façon de faire connaître ces images hispano-américaines au-delà d’Annecy et du département pour peut être, avoir un nouveau public et de belles surprises !

Voyez-vous à travers ce festival un acte de résistance ?
Complètement ! On est plusieurs dans l’association à penser que la pandémie ferme les lieux de culture injustement. Pourquoi sommes nous privés de culture alors que par ailleurs, à Annecy quand il fait beau, il y a foule sur le Pâquier et qu’au moment de Noël, tout le monde s’est entassés dans les magasins ? Visiblement un choix économique à été fait au détriment du choix culturel. Donc, c’est un acte de résistance à notre niveau. Comment dirait Pierre Rabhi « Chacun fait ce qu’il peut à son niveau ». Certes, nous ne remettons pas le public dans les salles, mais nous contribuons à ce que les gens continuent d’avoir un lien avec la culture et avec le cinéma et la culture hispano-américaine en ce qui nous concerne. C’est chouette. L’avantage du virtuel c’est que tout est possible quelles que soit les conditions mais ce n’est pas ce qu’on souhaite. Nous, on est dans le contact et dans l’échange constructif. On est aussi dans les rapports conviviaux et dans les échanges qui se prolonge après les séances. C’est ce qu’on aime, ce qu’on défend et ce qui nous manque ! Dans la situation qui nous est imposée, on maintient ce lien avec la culture et c’est déjà beaucoup. La pandémie ne réduira pas à néant nos efforts pour maintenir à flots notre envie de développer le cinéma sur le bassin Annécien.

 

Epicentro
Epicentro
Pourquoi participer au festival ?
Tout simplement pour aider la culture, aider le cinéma et aider l’ADCH. Nous devons partager cet acte de résistance. On a besoin de la culture. Le meilleur moyen de le montrer c’est de venir au festival, de voir les films et de pourquoi pas, adhérer à l’association.
Ce festival hispano-américain est reconnu dans le monde entier. Il est reconnu aux Oscars au Etats-Unis. Beaucoup de réalisateurs mexicains sont primés. Il mérite d’être découvert. C’est un cinéma nouveau, frais, qui émerge mais surtout authentique et coloré ! C’est un cinéma qui mérite d’être vu. Il faut s’opposer à cette culture américaine, ces grosses productions qui n’apportent rien, si ce n’est un divertissement et c’est déjà beaucoup. Mais ces films hispano-américains sont des relais d’informations là où les journaux télévisés ne nous racontent pas ce qui se passe. Je trouve que ce sont d’excellents relais d’un point de vu historique mais aussi culturel et sociétal. C’est un fait. Mais il y a aussi des prises de position, un regard neuf, une façon de filmer très proche des gens. On est proche de ce que les acteurs vivent. Ce ne sont pas tous des acteurs professionnels, ce sont parfois des gens comme vous et moi. Ce sont des gens authentiques, on a l’impression qu’ils ne jouent pas. Ils sont dans leur quotidien et la caméra vient les filmer. Finalement, ce qu’ils vivent et ressentent ne nous est pas très étrangé. Ce qui est dit et filmé est d’une grande profondeur et d’une grande analyse.
 


Notez





   < PDF version Papier < PDF version Papier      

Nouveau commentaire :

Festival | Concert | Exposition | Spectacle | Danse | Théâtre | Cinéma | Conférence | Littérature

Recevoir la newsletter

L'actualité par mots-clés




L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          



Ajouter mon événement à l'agenda gratuitement !





Lien Facebook MoveOnMagazineLien Facebook MoveOnMagazine SportLien Facebook MoveOnMagazine CorporateLien Facebook MoveOnMagazine Nocturne Lien Twitter MoveOn MagazineLien Instagram MoveOn Magazine







Nos Reportages Photos Cuturel
Cascade sur le glacier Brasvellbreen, sud de l'île de Nordaustlandet, archipel du Svalbard, Norvège ©Legacy
Prêts pour la descente vers Tignes ? ©Move-On Magazine
Chefs Rossignol © Jean-Marc Favre
Till Rabus © Paul Rassat
2019-09-15 - Contest - 183 ©David Favre
17 & 18 Juillet 2019 - Festival Gully ©David Favre
Orga / Festival de la Meuh Folle Avril 2019 ©David Favre