Connectez-vous S'inscrire
Move-On Magazine / Actu, Agenda & Billetterie de vos Sorties! #BONPLAN

L’ORAGE, par Audrey Coïaniz


Visite de l'installation vidéo "L'ORAGE" d’Audrey Coïaniz
Chez Art By Friend à Annecy jusqu'au 02 Octobre 2016

L’Orage est tellement dense qu’il pourrait s’appeler Les Orages ...


| Rédigé le Samedi 1 Octobre 2016 |

Oeuvre sans narration, sans début ni fin mais dont la densité vous pénètre et vous transporte dans une explosion de mouvement, de sensations et d’émotions.

Seule , double, triple avec des tripes de femme forêt dont les ramifications enchaînent l’infiniment petit à l’infiniment grand, femme joyau dont les viscères incandescents annoncent la décomposition. Mouvement, danse comme traversés par la fée électricité. L’identité se cherche , se distend, se transforme, se démultiplie en un réseau de possibles, d’êtres, d’elfes et de fées. Rêvés, suggérés, enchaînés  en un mouvement  tourbillonnant.

Danse du sens à la recherche de soi, de sois, nudité habillée par la multitude qui happe le spectateur.
L’Orage est tellement dense qu’il pourrait s’appeler Les Orages ; le temps s’y distend au point que les 5 minutes de l’œuvre en paraissent  15 qui nous invitent à regarder de nouveau.
 
L’Orage est une anti carte d’identité avec photo figée sans personne à l’intérieur. Cette œuvre pose esthétiquement, émotionnellement, philosophiquement mais en toute simplicité une question bien plus importante que le fameux « Qui suis-je ? ». Elle nous demande de quoi la notion d’identité, à laquelle certains tiennent tant, est la métaphore.

Cette vidéo ouvre des mondes d’interrogations qui peuvent mener naturellement, poétiquement vers ces quelques vers de Ghérasim Luca (Extrait de Paralipomènes):

Peau aime
Je te flore
tu me faune
 
Je te peau
je te porte
et te fenêtre
tu m’os
tu m’océan
tu m’audace
tu me météorite…
 
Tu me mirage
tu m’oasis
tu m’oiseau
tu m’insecte
tu me cataracte…
 
Je te fragile
je  t’ardente
je te phonétiquement
tu me hiéroglyphe…
 
tu m’étoile filante…
 
nous nous pulvérisable…
 
je te jarretelle je te bas je te Bach
oui je te Bach pour clavecin sein et flûte
 
Je t’écris
tu me penses
                           
Audrey Coïaniz  : www.myspace.com/abasmati
 
   < PDF version Papier < PDF version Papier      
Notez




Paul Rassat
Rédacteur et Reporter chez Move-On Magazine En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 7 Décembre 2018 - 20:18 Exposition « De mémoire d’habitants »

Mercredi 28 Novembre 2018 - 23:08 « Clotho » de Sarah Battaglia



Nouveau commentaire :

Interview | Portrait | Reportage | Festival | Concert | Exposition | Spectacle | Théâtre | Cinéma | Conférence | Littérature



Recevoir la newsletter

L'actualité par mots-clés




L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            



Ajouter mon événement à l'agenda gratuitement !