Connectez-vous S'inscrire
Move-On Magazine / Actu, Agenda & Billetterie de vos Sorties! #BONPLAN

Hula Hoop et Coronavirus


Comment maintenir les distanciations sociales pendant les spectacles, festivals, concerts. Quand la température est signe de maladie, le recours au 2° degré s’impose.


| Publié le Vendredi 29 Mai 2020 | |

Hula Hoop et Coronavirus ©Evgeni Tcherkasski
Hula Hoop et Coronavirus ©Evgeni Tcherkasski
Comment appliquer les distanciations lors de la réouverture des salles de spectacles et pendant les festivals à venir ? Certains ont préconisé le recours au hula hoop, ce cerceau porté à la taille et porté par le mouvement ondoyant et suggestif des hanches associant gymnastique et respect des distances de sécurité. Les plus âgés bénéficieraient d’un harnachement léger à la taille leur évitant un déhanchement disgracieux et peu compatible avec l’arthrose.

Certains ont dénoncé la perte d’espace entre deux hula hoop de forme circulaire et ont proposé des hula hoop carrés. Il a alors été facile de dénoncer les heurts d’angle à angle au moment des croisements. Les raoultiens ont suggéré des hula hoop souples et déformables s’adaptant à l’espace laissé par les voisins, à géométrie variable en quelque sorte. Aussitôt les anti raoultiens  ont fait remarquer que les distances ne pourraient pas être respectées dans ces conditions, qu’il fallait des tests, des homologations, que ça prendrait du temps.

Abordant le problème par un autre bout, des auteurs ont avancé qu’ils pourraient accepter que leurs textes soient amputés d’un mot sur deux afin de les aérer et de maintenir une distanciation entre les mots sinon entre les spectateurs des théâtres.

C’est alors qu’est né un cercle d’auteurs, acteurs, compositeurs suggérant de maintenir une distanciation par rapport à la connerie. Sont aussitôt apparues les difficultés liées à cette proposition hardie : comment définir la connerie ? A partir de quel degré de concentration intervenir ? Les raoultiens ont défendu une démarche pragmatique. On verrait sur le terrain. Les anti raoultiens ont défendu mordicus tests et homologations. Les raoultiens ont répliqué que les anti raoultiens étaient mal placés pour évaluer la connerie…

Pendant ce temps certains proposent de construire des salles de spectacle tout en hauteur qui comporteraient les unes au-dessus des autres autant de cases que de spectateurs. Les anti cases en hauteur défendent le creusement souterrain de salles de spectacles munies de cases en profondeur qui associeraient le souci de distanciation à la lutte contre le réchauffement de la planète car la température est plus constante et plus basse sous terre que dessus.
Les anti anti raoultiens ne défendent pas précisément les raoultiens mais ne seraient pas contre des expérimentations rapides.

Toute cette agitation forme un joyeux spectacle, un immense raout que nos amies les bêtes observent avec intérêt.

Voltaire  dans Petite Digression - 1766
« Dans les commencements de la fondation des Quinze-Vingts, on sait qu'ils étaient tous égaux, et que leurs petites affaires se décidaient à la pluralité des voix. Ils distinguaient parfaitement au toucher la monnaie de cuivre de celle d'argent; aucun d'eux ne prit jamais du vin de Brie pour du vin de Bourgogne. Leur odorat était plus fin que celui de leurs voisin qui avaient deux yeux. Ils raisonnèrent parfaitement sur les quatre sens, c'est-à-dire qu'ils en connurent tous ce qu'il est permis d'en savoir; et ils vécurent paisibles et fourtunés autant que des Quinze-Vingts peuvent l'être. Malheureusement un de leurs professeurs prétendit avoir des notions claires sur le sens de la vue; il se fit écouter, il intrigua, il forma des enthousiastes; enfin on le reconnut pour le chef de la communauté. Il se mit à juger souverainement des couleurs, et tout fut perdu.
Ce premier dictateur des Quinze-Vingts se forma d'abord un petit conseil, avec lequel il se rendit le maître de toutes les aumônes. Par ce moyen personne n'osa lui résister. Il décida que tous les habits des Quinze-Vingts étaient blancs; les aveugles le crurent; ils ne parlaient que de leurs beaux habits blancs, quoiqu'il n'y en eût pas un seul de cette couleur. Tous le monde se moqua d'eux; ils allèrent se plaindre au dictateur, qui les reçut fort mal; il les traita de novateurs, d'esprits forts, de rebelles, qui se laissaient séduire par les opinions erronées de ceux qui avaient des yeux, et qui osaient douter de l'infaillibilité de leur maître. Cette querelle forma deux partis.
Le dictateur, pour les apaiser, rendit un arrêt par lequel tous leurs habits étaient rouges. Il n'y avait pas un habit rouge aux Quinze-Vingts. On se moqua d'eux plus que jamais. Nouvelles plaintes de la part de la communauté. Le dictateur entra en fureur, les autres aveugles aussi; on se battit longtemps, et la concorde ne fut rétablie que lorsqu'il fut permis à tous les Quinze-Vingts de suspendre leur jugement sur la couleur de leurs habits.
Un sourd, en lisant cette petite histoire, avoua que les aveugles avaient eu tort de juger des couleurs; mais il resta ferme dans l'opinion qu'il n'appartient qu'aux sourds de juger de la musique. »

 

Notez



Paul Rassat
Contributeur Ambassadeur chez Move-On Magazine. En savoir plus sur cet auteur


   < Page PDF < Page PDF      

Nouveau commentaire :

Lifestyle | Culture | Sport | Corporate | Nocturne

Recevoir la newsletter

L'actualité par mots-clés




L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        



Ajouter mon événement à l'agenda gratuitement !





Lien Facebook MoveOnMagazineLien Facebook MoveOnMagazine SportLien Facebook MoveOnMagazine CorporateLien Facebook MoveOnMagazine Nocturne Lien Twitter MoveOn MagazineLien Instagram MoveOn Magazine







Derniers Connectés
Alhambra GENÈVE
Rémy WALTER
RRP COMMUNICATION
Théâtre DES COLLINES
Claude RIABTCHOUK
Concerts A.S.M.V
Terra Natura LES AMIS DU VIEUX SEYNOD
OCA OFFICE DE LA CULTURE ET DE L'ANIMATION
Nâves MAISON DE LA MONTAGNE
C. MJC TEPPES
Nacha DE WINNE
Annie AUCHERE
Loic BOICHOT
Anouk DAUDIN