Connectez-vous S'inscrire
Move-On Magazine / Actu, Agenda & Billetterie de vos Sorties! #BONPLAN


Ajouter mon événement à l'agenda gratuitement !
Profitez de l'agenda pour annoncer vos dates lives web !
Orchestre de Paris / Gianandrea Noseda / Philippe Aïche - David Gaillard - Mozart, Brahms
Infos pratiques
du Mercredi 16 Septembre 2020 au Jeudi 17 Septembre 2020, 20:30 - 22:30
Philharmonie de Paris /// 221 Avenue Jean Jaurès 75019 Paris
75019 Paris
Description

Christoph von Dohnányi est remplacé par Gianandrea Noseda. Le programme de ce concert a été légèrement modifié.

Placement distancié : un siège sur deux sauf couples ou groupes constitués. Masques...


Orchestre de Paris / Gianandrea Noseda / Philippe Aïche - David Gaillard - Mozart, Brahms
Concert // Musique Classique
Philharmonie de Paris
Orchestre de Paris // Gianandrea Noseda // Philippe Aïche // David Gaillard


Cat.6 : 10 EUR
Cat.5 : 20 EUR
Cat.4 : 27 EUR
Cat.3 : 37 EUR
Cat.2 : 42 EUR
Cat.1 : 52 EUR

Prochaine date : 16-09-2020
16-09-2020 de 20:30 à 22:30
17-09-2020 de 20:30 à 22:30


Orchestre de Paris / Gianandrea Noseda / Philippe Aïche - David Gaillard - Mozart, Brahms
© © Steve J. Sherman


Christoph von Dohnányi est remplacé par Gianandrea Noseda. Le programme de ce concert a été légèrement modifié.

Placement distancié : un siège sur deux sauf couples ou groupes constitués. Masques...


Christoph von Dohnányi est remplacé par Gianandrea Noseda. Le programme de ce concert a été légèrement modifié.

Placement distancié : un siège sur deux sauf couples ou groupes constitués. Masques obligatoires pour le personnel et le public. Du gel hydroalcoolique est disponible aux entrées. Pas de vestiaire.

Chez Mozart, le dialogue entre le violon et l’alto, porté par les solistes de l’Orchestre de Paris, Philippe Aïche et David Gaillard, atteint un sommet de densité émotionnelle dans l’Andante, qui fait de cette radieuse et profonde Symphonie concertante, composée à l’âge de vingt-trois ans, une partition digne des chefs-d’œuvre de la dernière période : Mozart, on le sait, jouait lui-même la partie d’alto, conférant ses premières lettres de noblesse au timbre si attachant de l’instrument.
Parfois qualifiée de « classique », la Symphonie no 2 de Brahms magnifie elle aussi les cordes, notamment dans l’Adagio où domine le lyrisme méditatif des violoncelles, démontrant toutes les leçons que Brahms a tirées de Mozart.

 

Lieu : Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie