Connectez-vous S'inscrire
Move-On Magazine / Actu, Agenda & Billetterie de vos Sorties! #BONPLAN


Ajouter mon événement à l'agenda gratuitement !
Profitez de l'agenda pour annoncer vos dates lives web !
Orchestre de Paris / Gábor Káli / Antoine Tamestit - Ravel, Bartók
Infos pratiques
du Mercredi 14 Avril 2021 au Jeudi 15 Avril 2021, 20:30 - 22:30
Philharmonie de Paris /// 221 Avenue Jean Jaurès 75019 Paris
75019 Paris
Description

La suite d’orchestre tirée par Bartók de son ballet expressionniste, Le Mandarin merveilleux, est une page brillante, restituant un étonnant mélange de réalisme cru et de fantastique : le vacarme ...


Orchestre de Paris / Gábor Káli / Antoine Tamestit - Ravel, Bartók
Concert // Musique Classique
Philharmonie de Paris
Orchestre de Paris // Gábor Káli // Antoine Tamestit


Cat.6 : 10 EUR
Cat.5 : 20 EUR
Cat.4 : 27 EUR
Cat.3 : 37 EUR
Cat.2 : 42 EUR
Cat.1 : 52 EUR

Prochaine date : 14-04-2021
14-04-2021 de 20:30 à 22:30
15-04-2021 de 20:30 à 22:30


Orchestre de Paris / Gábor Káli / Antoine Tamestit - Ravel, Bartók
© © Julien Mignot


La suite d’orchestre tirée par Bartók de son ballet expressionniste, Le Mandarin merveilleux, est une page brillante, restituant un étonnant mélange de réalisme cru et de fantastique : le vacarme ...


La suite d’orchestre tirée par Bartók de son ballet expressionniste, Le Mandarin merveilleux, est une page brillante, restituant un étonnant mélange de réalisme cru et de fantastique : le vacarme industriel de la ville le dispute aux échos orientalistes. Plus tardif, le Concerto pour alto magnifie le timbre chaud de l’instrument soliste en une rhapsodie dont la virtuosité fait parfois place à une méditation lyrique et comme suspendue. 
Sur la versant ravélien, Le Tombeau de Couperin, initialement pour piano, est un double hommage aux morts de la Grande Guerre et au maître du baroque français. Point de tonalité funèbre ou d’esprit de pastiche, toutefois, dans cette partition éminemment personnelle. Quant à l’infini crescendo orchestral du Boléro, pour lequel on cria « Au fou ! » lors de la création, il s’est imposé comme l’une des partitions les plus populaires de tout le répertoire symphonique, et reste un formidable hommage aux timbres instrumentaux.   
 

Lieu : Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie