Connectez-vous S'inscrire
Move-On Magazine / Actu, Agenda & Billetterie de vos Sorties! #BONPLAN


Ajouter mon événement à l'agenda gratuitement !
Profitez de l'agenda pour annoncer vos dates lives web !
Nü Shu / La Bible des femmes / Orchestre national des Pays de la Loire - Tan Dun - Anaïs Gaudemard
Infos pratiques
le Samedi 13 Février 2021, 20:30 - 22:30
Philharmonie de Paris /// 221 Avenue Jean Jaurès 75019 Paris
75019 Paris
Description

Tan Dun, un des plus célèbres compositeurs chinois, évoque dans son concerto pour percussion une nature parfois menaçante. Dans Nu Shu, il rend hommage aux femmes qui, dans la Chine féodale, ont i...


Nü Shu / La Bible des femmes / Orchestre national des Pays de la Loire - Tan Dun - Anaïs Gaudemard
Concert // World Music
Philharmonie de Paris
Orchestre National des Pays de la Loire // Tan Dun // Anaïs Gaudemard


Cat.6 : 10 EUR
Cat.5 : 15 EUR
Cat.4 : 22 EUR
Cat.3 : 30 EUR
Cat.2 : 37 EUR
Cat.1 : 42 EUR

13-02-2021 de 20:30 à 22:30


Nü Shu / La Bible des femmes / Orchestre national des Pays de la Loire - Tan Dun - Anaïs Gaudemard
© © DR


Tan Dun, un des plus célèbres compositeurs chinois, évoque dans son concerto pour percussion une nature parfois menaçante. Dans Nu Shu, il rend hommage aux femmes qui, dans la Chine féodale, ont i...


Tan Dun, un des plus célèbres compositeurs chinois, évoque dans son concerto pour percussion une nature parfois menaçante. Dans Nu Shu, il rend hommage aux femmes qui, dans la Chine féodale, ont inventé une langue chantée pour leur propre usage.

Dans son concerto pour percussions composé en 2012 et intitulé The Tears of Nature, Tan Dun utilise différentes techniques (effleurement des doigts, frottement, grattage…) au seul service de l’expression. L’œuvre évoque trois cataclysmes naturels survenus ces dernières années : tremblement de terre, tsunami et ouragan. « Tout au long de la musique, les larmes de la nature nous disent que la menace contre notre survie émane de nous-mêmes », note le compositeur. Dans ses Chants secrets des femmes, Tan Dun a tenté de capter l'esprit du nü shu, une langue chantée, créée en secret dans la Chine du XIIIe siècle par des femmes et pour des femmes, élaborant ainsi « une sorte de symphonie visuelle en dialogue avec le son, les voix et un orchestre agissant en contrepoint de la calligraphie ».

Lieu : Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie