Connectez-vous S'inscrire
Move-On Magazine / Actu, Agenda & Billetterie de vos Sorties! #BONPLAN


Ajouter mon événement à l'agenda gratuitement !
Profitez de l'agenda pour annoncer vos dates lives web !
Lettres intimes / Musiciens de l’Orchestre de Paris - Solistes de l’Ensemble intercontemporain - Eőtvős, Saariaho, Janáček
Infos pratiques
le Jeudi 3 Décembre 2020, 19:00 - 21:00
Philharmonie de Paris /// 221 Avenue Jean Jaurès 75019 Paris
75019 Paris
Description

Aucun mot ne sera prononcé au cours de ce concert. Le verbe y est pourtant omniprésent. Selon Peter Eötvös, « les cordes autorisent des articulations « linguistiques » éminemment subtiles », renda...


Lettres intimes / Musiciens de l’Orchestre de Paris - Solistes de l’Ensemble intercontemporain - Eőtvős, Saariaho, Janáček
Concert // Musique Classique
Philharmonie de Paris
Musiciens de l'Orchestre de Paris // Solistes de l'Ensemble intercontemporain

Annulé

Aucun mot ne sera prononcé au cours de ce concert. Le verbe y est pourtant omniprésent. Selon Peter Eötvös, « les cordes autorisent des articulations « linguistiques » éminemment subtiles », renda...



Tarif unique : 33 EUR

03-12-2020 de 19:00 à 21:00


Lettres intimes / Musiciens de l’Orchestre de Paris - Solistes de l’Ensemble intercontemporain - Eőtvős, Saariaho, Janáček
© © Christophe Urbain


Aucun mot ne sera prononcé au cours de ce concert. Le verbe y est pourtant omniprésent. Selon Peter Eötvös, « les cordes autorisent des articulations « linguistiques » éminemment subtiles », renda...


Aucun mot ne sera prononcé au cours de ce concert. Le verbe y est pourtant omniprésent. Selon Peter Eötvös, « les cordes autorisent des articulations « linguistiques » éminemment subtiles », rendant possible le paradoxe d’une musique épistolaire.

« J’y serai seul avec toi. Personne d’autre avec nous », confie Janáček à Kamila Stöslova, sa muse et amour impossible, à propos de son deuxième quatuor dit « Lettres intimes ». S’écartant de tout modèle préconçu, ce quatuor se veut un miroir de l’imaginaire amoureux du compositeur, reflet des sentiments, de leur nature fluctuante autant que de leur urgence et instantanéité. Un sentiment d’éphémère que l’on retrouve dans Sept papillons, composé par Saariaho après son opéra L’Amour de loin. S’intéressant quant à lui à la correspondance entre Mozart, père et fils, Eötvös confie à l’alto le rôle de Wolfgang et au violoncelle celui de Leopold, le second prodiguant conseil au premier, alors que l’essentiel de leurs vies reste un non-dit.
 

Lieu : Le Studio - Philharmonie