Connectez-vous S'inscrire
Move-On Magazine / Actu, Agenda & Billetterie de vos Sorties! #BONPLAN


Ajouter mon événement à l'agenda gratuitement !
Profitez de l'agenda pour annoncer vos dates lives web !
Gautier Capuçon / Frank Braley / Beethoven
Infos pratiques
le Mardi 4 Mai 2021, 20:30 - 22:55
Philharmonie de Paris /// 221 Avenue Jean Jaurès 75019 Paris
75019 Paris
Description

Après les avoir enregistrées en 2016, Gautier Capuçon et Frank Braley se confrontent en concert aux cinq sonates pour violoncelle et piano de Beethoven. Couvrant toute sa vie créatrice, elles en d...


Gautier Capuçon / Frank Braley / Beethoven
Concert // Musique Classique
Philharmonie de Paris
Gautier Capuçon // Frank Braley


Cat.6 : 10 EUR
Cat.5 : 20 EUR
Cat.4 : 32 EUR
Cat.3 : 42 EUR
Cat.2 : 52 EUR
Cat.1 : 62 EUR

04-05-2021 de 20:30 à 22:55


Gautier Capuçon / Frank Braley / Beethoven
© © Parlophone


Après les avoir enregistrées en 2016, Gautier Capuçon et Frank Braley se confrontent en concert aux cinq sonates pour violoncelle et piano de Beethoven. Couvrant toute sa vie créatrice, elles en d...


Après les avoir enregistrées en 2016, Gautier Capuçon et Frank Braley se confrontent en concert aux cinq sonates pour violoncelle et piano de Beethoven. Couvrant toute sa vie créatrice, elles en dévoilent toutes les facettes de l’inspiration.

En 1796, Beethoven se rendit à Berlin à la cour de Frédéric Guillaume II, roi de Prusse – lui-même violoncelliste de talent – et composa à cette occasion les deux premières sonates pour violoncelle et piano. La toute première occupe un rôle important dans l’histoire de la musique : la partie de piano, extrêmement conséquente, y est écrite intégralement. Auparavant, les sonates pour violoncelles se contentaient généralement d’un accompagnement de basse continue. La Troisième, contemporaine des Cinquième et Sixième Symphonies, demeure sans doute la plus admirée des cinq. Le violoncelle y est cette fois traité d’égal à égal avec le piano. Parmi les sonates de l’Opus 102, d’une densité frappante, la première fut d’abord intitulée « sonate libre », en raison sans doute de sa fantaisie et de son humour caractéristiques.

Lieu : Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie