Connectez-vous S'inscrire

Les platines de Crazy B vont chauffer au Birthday Festival !


Alors que la programmation du Birthday Festival sera officialisée le 16 septembre, Move-On est allé à la rencontre de Crazy B, DJ et compositeur français membre du groupe Birdy Nam Nam, qui sera à l'affiche du festival aux côtés d'une flopée d'artistes de folie.


| Rédigé le Jeudi 10 Septembre 2015 |

Crazy B aux platines ©D.R.
Crazy B aux platines ©D.R.
Tu peux nous raconter ton parcours en quelques mots ?
Je viens avant tout du Hip Hop français, dans lequel j’ai débarqué en 1983, avant de faire des concours de DMC (concours de DJ technique). Ma première compétition a eu lieu en 1990, quelque chose comme ça…
 
Pourquoi avoir voulu faire de la compétition ?
Ca fait partie du défi hip hop, de se surpasser, surtout qu’au début, y avait pas grand chose à gagner. Le but c’était vraiment de se confronter aux autres pour progresser, tout simplement. L’esprit de compétition qui est très lié au hip hop.
 
Tu fais moins de concours, dernièrement, c’est quoi tes nouveaux défis ?
Les concours sont plus du tout ce que ça a pu être. Et puis il me semble que j’ai plus trop rien à prouver à ce niveau-là, j’ai donné beaucoup d’années de ma vie à m’entrainer et à faire ce genre de choses, mais je suis avant tout un passionné de musique, c’est ce qui me fait traverser le temps, perdurer. Mon gros projet, c’est le nouvel album de Birdy Nam Nam qui sort en 2016. Je me concentre sur la musique plutôt que sur les compétitions.
 

Justement, au sujet de Dance or Die, cet album qui va sortir, t’as croisé Skrillex et DJ Pone a quitté la team de Nam Nam, à quoi doit-on s’attendre avec ce nouvel album ?
C’est une nouvelle énergie, de nouvelles envies, avec plein de surprises dont je ne peux pas encore trop parler, mais la grosse différence avec les albums précédents, c’est qu’il y a de vraies chansons, avec des featurings, donc c’est plus axé sur la production que sur le scratch ou la platine – même s’il y en a toujours un peu dans les prod’. Donc voilà, une nouvelle aventure musicale, qui sera très différente de ce qu’il y a eu avant, mais finalement comme à chaque fois qu’on fait un nouvel album.
 
C’est plus « dancefloor » ?
Ouais, on assume d’avantage le côté dancefloor, y a plus de groove aussi et de la funk, donc des choses qu’on ne faisait pas avant mais qui font partie de notre culture aussi, qu’on intègre beaucoup plus. Y a aussi des gros trucs techno, on a un panel très riche, c’est un album assez varié.
 
Vous allez chercher le « hit » ?
Oui et non. C’est sûr que l’album est plus mainstream, donc pourquoi pas un hit ! Après, dans la mesure où notre politique est de ne pas vendre notre musique, le côté commercial n’est pas vraiment notre objectif. Par contre, on pense clairement au futur, c’est beaucoup moins dark et dépressif que l’album précédent, c’est plus ouvert aux gens.
 
On voit d’autres rappeurs de votre génération préparer de nouveaux albums, comme Lino d’Arsenik ou encore Le Ministère Amer, tu comptes pas relancer un projet avec Alliance Ethnik ?
Ah non, c’est pas du tout prévu ! Après, les influences funk peuvent peut-être être rapprochées d’Alliance Ethnik, mais ça s’arrête là. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’on est complètement indépendants, on s’autofinance de A à Z, on travaille avec beaucoup de gens différents mais on a beaucoup d’ambitions. On ne fait pas ça par dépit, c’est vraiment un acte politique musical lié à tout ce qu’on a pu vivre dans un business qui n’est quand même pas facile.

Vous avez des revendications particulières?
Non, ce n’est pas politique dans ce sens-là, c’est vraiment « Dance or Die » au sens où on fait ça avec nos trippes, avec notre âme.
 
Toi qui est plutôt branché vinyles, qu’est-ce que tu penses de la nouvelle génération de DJ’s qui se ramène avec son programme PC, contrôleur et tout le reste ?
Moi, j’ai aucun problème avec les nouvelles technologies, quand le mec est bon, il est bon, c’est tout ! Je suis pas un défenseur acharné du vinyle à tous prix, même si c’est très bien de voir qu’il y a des jeunes qui se mettent au vinyle maintenant, ça revient, c’est plutôt marrant. Après c’est peut-être qu’une passade, mais c’est intéressant de voir que cet objet de collection, de passionné, se met à revivre après des années, c’est plutôt cool. Et puis y a de bons DJ’s dans tous les styles, comme y a des pourris. J’ai vu suffisamment de gens intéressants dans plein de domaines différents pour être ouvert à ça.
 
T’es un homme d’expérience, qu’est-ce que tu conseillerais aux jeunes qui se découvrent beat makers ?
Le travail avant tout, l’investissement, l’envie… j’ai pas vraiment de conseil à donner, perso, j’ai toujours suivi ma passion et ça m’a amené là où j’en suis. Le danger, peut-être, pour un DJ, c’est d’aller là où les gens l’attendent, de pas prendre de risques. Y a vraiment que dans les formats underground où ça bouge pas mal, parce que justement on n’est pas dans des formats commerciaux. Après, y a des gens qui veulent être DJ pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la musique, mais chacun fait ce qui veut ! C’est compliqué de donner un conseil en particulier, parce que mon parcours n’a tellement plus rien à voir avec le contexte actuel… mais en gros, ce serait de se concentrer sur la musique, d’oser prendre des risques en allant la chercher, cette musique, et d’y mettre sa personnalité.
 
Et notre dernière question, « Tu t’prends pour qui ? »
Si le temps d’une journée, tu pouvais être dans la peau de quelqu’un, ce serait qui et pourquoi ?

Ouhlàlà, chaud ta question ! Je sais pas trop, mais je pense que ce serait plutôt pour vivre une époque d’avant, me mettre dans la peau d’un musicien de disco ou de soul. Après, je suis très bien dans mes baskets, je me suis jamais dit que j’avais envie d’être quelqu’un d’autre !

Retrouvez toutes les infos sur le page Facebook du Birthday Festival

10€ uniquement en prévente sur Move-On.com, 13€ sur place



Notez



Dans la même rubrique :
< >

        


Interview | Portrait | Reportage | Festival | Concert | Exposition | Spectacle | Théâtre | Cinéma | Conférence | Littérature

Recevoir la newsletter

Rechercher dans le site




L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      







Nos Reportages Photos Cuturel
Fête du Lac Annecy 2017 © Jean-Marc Favre
Pharaonic 2017 - Bob Sinclar - Big Ali ©Lempens
Jean Sulpice ©jean-Marc favre
Espace 55 Burquier © Wooloomooloo
Inauguration La Cour de l'Abbaye 6 Avril 2017 © Damien Tiberio
Legendes du ski Francais © Wooloomooloo 115
DHBS - Morillon 2017 © Wooloomooloo
Glisse en coeur 2017 © Wooloomooloo 76
Carnaval venitien annecy 2017 ©Paul Rassat
38 Dragon Boat 2016 © Wooloomooloo
Digital x Outdoor Annecy 2016 © Gilles Reboisson
Sosh_Big_Air_2016_Finals-lifestyle-public
36- 5ème SUP Open Race du Lac d’Annecy 2016 - Copyright Wooloomooloo
1Quentin Mosimann - Excenevex Beach Party 2016 - Copyright Move On Mag
1maserati riva
Soirée IPAC Entreprise 18/05/16 ©wooloomooloo
9au bonheur des momes 2016
SG1L5066bbb

Revenir en Haut