Connectez-vous S'inscrire

Le regard de Georges Deniau. Expertise, passion et pédagogie.


Tournoi des Petits Princes 2017


| Rédigé le Samedi 29 Juillet 2017 |

Georges Deniau et Anne Chedozeau trinquent au succès de la 30° édition du Tournoi des Petits Princes
Georges Deniau et Anne Chedozeau trinquent au succès de la 30° édition du Tournoi des Petits Princes
Dire que pendant ce temps certains sont à la plage !
Là, à deux pas, sur les courts des Marquisats, se dessinent des parcours de tennismen au travers d’affrontements que Georges Deniau suit de son œil d’expert.
   Nous l’avons abordé pendant qu’il regardait un match de qualification et nous sommes passés naturellement de ce match qui se déroulait sous nos yeux aux plus grands joueurs que Georges Deniau a côtoyés.
Nous gardons pour cet article le côté spontané de la conversation. 
 
Georges Deniau, qu’est-ce que vous voyez, qu’est-ce que vous notez quand vous suivez un match de tennis ?
Quand je regarde un grand match, j’essaie d’abord de me régaler. Je suis la balle, je regarde les joueurs. Je ne regarde pas les mêmes choses à la télévision ou dans une tribune. Dans une tribune, j’ai la chance d’être souvent placé – pas toujours -  derrière, un peu en hauteur…dans le même secteur que le président de la fédération.

Quand vous suivez un match du Tournoi des Petits Princes, comme en ce moment, que remarquez-vous ?
Là, c’est autre chose. Les joueurs sont à un âge primordial de leur progression, entre douze et quatorze ans. Je suis une partie si le niveau de jeu me plaît. J’essaie de voir ce qui est bien pour l’ensemble des joueurs et ce qui est moins bien dans la majorité des techniques.
   Là, précisément, à la fin des qualifications, certains joueurs ont déjà des tailles d’adultes, d’autres vont grandir. Dans l’ordre, je regarde le jeu de jambes, la mobilité et la technique de base. Je regarde aussi l’attitude générale dans le jeu, l’attitude physique entre les coups, dans l’attente du service et je note aussi les techniques de base. Tout ceci se fait en même temps.
Je suis le tournoi depuis deux jours, tous les jeunes ont des techniques de revers à deux mains qui sont correctes, voire bonnes. Les techniques de coups droits sont épouvantables et pourtant les joueurs ont le coup droit comme arme forte. Même si la technique est efficace, ça ne veut pas dire que le coup est bien réalisé. Peu montent à la volée et sont capables d’exécuter des volées gagnantes alors qu’ils sont pourtant dans de bonnes conditions.
   Et en plus de ces techniques, je suis intéressé par le comportement mental, la détermination, la combativité physique et morale. Un joueur combatif ne court pas seulement sur toutes les balles, il a aussi un mental de joueur. Aucun des joueurs que je vois là ne joue un tennis complet. Ils pratiquent un tennis de fond de court qu’ils parviennent à hisser à un bon niveau le plus souvent…mais ils oublient de conclure les points. Comme une équipe de foot dont les joueurs se passent le ballon sans jamais aller vers l’avant. Certaines équipes et certains joueurs gagnent sur ce schéma et d’autres pratiquent le jeu des équipes de Cruyff, avec des ballons en profondeur, dans le sens du jeu pour aller au but.

Cette manière de jouer est peut-être liée à l’âge ?
Effectivement, il ne peut pas y avoir de vrais attaquants à cet âge-là mais le plus important est de pratiquer un tennis complet. Attaquer quand il le faut, même s’ils ratent, à condition que ce soit une initiative et pas une prise de risque injustifiée.

Il arrive que le devenir de jeunes joueurs passés ici vous étonne, vous surprenne ?
Non. Ce qui est remarquable, en revanche, c’est le fait que Federer est venu ici une première année. Il a perdu au premier ou deuxième tour. Il est devenu champion du monde….
   Pour revenir à ma conception du tennis, j’ai connu Hopman, l’entraîneur des Australiens à la grande époque. Il disait « Peu importent les résultats en juniors. Ce qui compte est d’avoir une super technique et un très bon physique. » Et quand on lui posait la question du mental, il répondait qu’il allait forcément avec une super technique et un très bon physique.
[Quelques serrements de mains et saluts…et Georges Deniau reprend le fil de sa réflexion.]
Souvent les entraîneurs veulent faire gagner leur équipe dès le plus jeune âge sans s’occuper de la manière de jouer alors qu’il faut apprendre aux jeunes joueurs à bien jouer, à se donner à fond et à aimer leur sport.

On revient à l’attitude.
Elle est déterminante. Je parle de l’attitude générale. Regardez ce joueur, il passe beaucoup plus de temps entre deux coups, à se replacer….qu’à exécuter ses coups.

Parmi les plus grands joueurs – nous évoquions Federer – certains ne laissent rien paraître.
C’est ce que j’admire. Si vous voyez Federer entre deux coups, vous ne pouvez pas savoir s’il vient de perdre ou de gagner le point précédent. Nadal a pratiquement le même comportement à la différence près qu’il laisse paraître sa hargne et sa satisfaction lorsqu’il a gagné un point important. Ce qu’il faut savoir, c’est que Nadal brandit son poing pendant deux secondes mais qu’on vous le passe dix fois à la télévision.

Pas mal de jeunes reprennent ce geste.
Oui, parce que, justement, on vous le repasse dix fois de suite, comme le geste d’un joueur qui jette sa raquette. On ne vous repasse pas quarante fois un joueur qui vient de faire un point, n’a rien dit et repart à sa place.
   Il est dommage que certains joueurs et entraîneurs regrettent que n’existent plus des joueurs au charisme de Connors ou Mac Enroe…qui se livraient en réalité à une forme de comédie frisant la tricherie. Le plus dur est de se comporter comme Federer, Sampras, Rosevall , Laver. Les introvertis complets ne sont pas non plus un bon exemple.
Il faut avoir un bon comportement, sportif, déterminé .Celui des grands joueurs doit nous inspirer et inspirer les plus jeunes dans tous les domaines.
 
 
 
Notez




Paul Rassat
Rédacteur et Reporter chez Move-On Magazine En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Décembre 2017 - 12:18 Une nouvelle page au carnet d’art de Cluny

Lundi 23 Octobre 2017 - 17:59 FAUSTUS 25 ? Françoise Maimone nous répond


        

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Interview | Portrait | Reportage | Festival | Concert | Exposition | Spectacle | Théâtre | Cinéma | Conférence | Littérature



Recevoir la newsletter

L'actualité par mots-clés




L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31



Ajouter mon événement à l'agenda gratuitement !





Nos Reportages Photos Cuturel
Sosh_Big_Air_2017__lifestyle_tanner_hall_071017_
Fête du Lac Annecy 2017 © Jean-Marc Favre
Pharaonic 2017 - Bob Sinclar - Big Ali ©Lempens
Jean Sulpice ©jean-Marc favre
Espace 55 Burquier © Wooloomooloo
Inauguration La Cour de l'Abbaye 6 Avril 2017 © Damien Tiberio
Legendes du ski Francais © Wooloomooloo 115

Revenir en Haut