Connectez-vous S'inscrire
Move-On Magazine





Richard Castelli, un transfrontière dans un monde ouvert


Rencontre du 3° type à Paris avec le directeur de l'agence Epidemic


| Rédigé le Vendredi 28 Avril 2017 |

La formule consacrée est "Terminus, tout le monde descend ! " mais à la brasserie Terminus où nous rencontrons Richard Castelli, le voyage commence. Une discussion de quatre heures, passionnée, passionnante qui balaie l'art, la culture, le social, la politique, la littérature, la philosophie, la musique, l'architecture... Les connexions se font naturellement d'un thème à l'autre, sautant allègrement les frontières des disciplines, des cases habituelles, s'appuyant sur la passion et la curiosité nourries par le désir de rencontrer, de comprendre et d'agir. 

Emmanuel Carrère, Philip K. Dick, Godard, Musil, les ondes Martenot, la Grande Bretagne, le Brésil, Laurel et Hardy ... des dizaines de références citées au fil de la conversation qui mêle intimement les dimensions professionnelles et personnelles, le tout formant un paysage en arborescence riche, luxuriant.

Richard Castelli dirige l'agence Epidemic depuis plus de 20 ans. Mon principe ? dit-il, produire des artistes avec lesquels j'ai plaisir à travailler. Epidemic ? pour l'invasion et en référence au film de Lars Von Trier.

Après ses débuts dans le monde de la musique, il a ouvert ses activités au théâtre avec Robert Lepage et ensuite Jean-Michel Bruyère les a rejoints.

Richard Castelli travaille dans la durée, la notion de fidélité lui est importante. Les affinités artistiques sont indispensables mais la dimension humaine est essentielle. Il ne s'agit pas simplement de présenter des artistes mais de travailler avec des gens uniques, totalement différents, comme Robert Lepage, Saburo Teshigawara.

La main de Richard Castelli
La main de Richard Castelli
Ça vous rend de plus en plus exigeant ?
Tout à fait. Ce qui peut être poser problème.

Vous avez vos critères, mais arrive-t-il que des artistes vous sollicitent ?
Oui, ça se passe dans les deux sens. Il y a des artistes avec lesquels j'ai envie de travailler mais je préfère attendre que ce soit eux qui aient envie de travailler avec moi. Il ne s'agit pas de coquetterie mais d'avoir l'assurance d'une relation équilibrée qui puisse donner de bons résultats. Cette approche peut prendre du temps. 6 ou 7 ans avec Saburo par exemple. Il faut que je me sente utile, que j'apporte quelque chose.

Si l'on dresse la liste des artistes avec lesquels vous travaillez, est-ce que cela représente une cartographie de ce que vous êtes ?
Ce n'est pas à moi de le dire. Je ne me positionne pas comme individu, mon rôle est de faire que les choses existent. Je suis content quand un projet qui aurait eu des difficultés à exister sans moi se réalise. 

Quelle est votre formation ?
Je me destinais à la biologie moléculaire mais je ne me voyais pas chercheur au CNRS, courant après les subventions ou partir aux Etats-Unis. Je faisais de la musique électronique à cette époque et trouvais cette activité beaucoup plus sexy. La biologie moléculaire me semble toujours passionnante. Comme je faisais de la musique, j'ai produit d'autres ensembles. J'ai été amené à prendre en charge la programmation d'un festival de théâtre alors que je n'étais jamais allé au théâtre !

Et Richard Castelli d'expliquer que le théâtre de qualité doit s'adresser à tous les publics, enfants, ados, adultes, scolaires et qu'il ne doit pas y avoir de sous thèmes ou de sous catégories. L'exigence de qualité doit permettre de résister à la peopolisation galopante. Aux yeux de certains jeunes, il en a fait l'expérience, si tu ne travailles pas avec Kim Kardashian, tu ne présentes aucun intérêt.

Richard Castelli et les artistes qu'il produit prennent plaisir à jouer avec les frontières géographiques, artistiques, esthétiques. Formation scientifique et carrière dans l'art et la culture ne doivent pas s'expliquer que par le besoin d'une vie plus "sexy", mais aussi par le désir d'une approche nouvelle, unique.

15 avril - 16 juillet 2017 CREATE SPACES LUXELAKES•A4 Art Museum, Chengdu / dont Richard Castelli est l'un des commissaires
15 avril - 16 juillet 2017 CREATE SPACES LUXELAKES•A4 Art Museum, Chengdu / dont Richard Castelli est l'un des commissaires
Dans l'entretien qu'il nous avait accordé, Robert Lepage confirmait "... quand j'arrive à une frontière, qu'il faut remplir un visa et qu'on me demande mon occupation, je ne sais jamais quoi répondre. Je peux dire acteur, metteur en scène, réalisateur..."

Quant à Subaro Teshigawara, il déclarait lors de son passage à Annecy "Ce qui m'intéresse, c'est ce qui est incertain et la clarté vient de cette incertitude qui est la caractéristique de la vie."

Aller vers l'incertain, prendre des risques, sortir de soi pour aller vers l'autre afin d'être encore davantage soi-même, partir de soi pour toucher à l'universel comme le travail sur la mémoire qu'effectue Robert Lepage ! Belle philosophie partagée par tous les acteurs d'Epidemic qui jouent de plusieurs "instruments" (théâtre, danse, mise en scène, musique, technologies modernes ...) pour interroger et enrichir notre relation à la réalité. Aux réalités. Notre relation au mouvement, au temps, à la lumière. Tout n'est que mouvement, mutation, synesthésie, jeu, déconstruction et reconstruction.
A l'image de ce que nous sommes, non ?

Les événements réalisés par Epidemic, comme TRANSFORMER ou MATIERE-LUMIERE développent parfaitement cette démarche. 

Traduire le mouvement de la vie intérieure et extérieure, sa complexité, utiliser les technologies les plus récentes non pas pour illustrer, mais pour enrichir notre perception du monde et de nous-mêmes, unir science et poésie afin de réfléchir l'humain et à l'humain, n'est-ce pas faire essentiellement oeuvre de culture ?

Lorsqu'il accepte d'être commissaire de l'exposition "Art Robotique" (2014/2015) pour la Cité des Sciences et de l'Industrie de la Villette, c'est à la condition que les "robots" présentés ne correspondent pas à l'idée habituelle du robot. "L'exposition présente des oeuvres dont la transformation est active et contemporaine de la visite, des oeuvres à transformation" pouvait-on lire dans la présentation de cet événement.

Wittgenstein écrit "Les limites de mon langage signifient les limites de mon propre monde."

Il s'agit donc de repousser les limites, de les franchir afin de faire sens autrement. Il y faut du temps, du travail, de la fidélité.

28 avril - 30 juillet 2017 BODY MEDIA II  Power Station of Art Shanghai  dont Richard Castelli est l'un des commissaires
28 avril - 30 juillet 2017 BODY MEDIA II Power Station of Art Shanghai dont Richard Castelli est l'un des commissaires
Richard Castelli est un admirateur de Laurel et hardy dont les sketches sont très écrits, très construits, un effet comique étant bien  souvent amené très en amont. Nous vous disions que cet homme aime prendre son temps pour tisser des liens, créer son monde. Il est dans ce qu'il dit et ne met pas ce qu'il dit au service de ce qu'il voudrait être. 

Jean-Michel  Bruyère nous livre l'une des clés pour comprendre tout ceci dans une (auto ?) biographie loufoque, totalement déjantée, vaguement schizo et très drôle qui fait de Richard Castelli le petit fils de Gabriel, fondateur d'Epidemic, occupé à réhabiliter l'oeuvre d'un Jean-MIchel Bruyére qui aurait failli couler l'agence. On est là tout proche de la conférence d'un Cyrulnik sur la narapoïa (voir sur Internet) ou de l'invention du fameux philosophe Jean-Baptiste Botul par une équipe de sérieux farceurs.

J'ai toujours eu plaisir à croire que Diderot a écrit quelque chose du genre " Il faut parler sérieusement des choses légères et légèrement des choses sérieuses".  S'il ne l'a pas fait, il aurait dû.

Quand on lui demande de le prendre en photo, Richard Castelli hésite, évoque la série Le Prisonnier. S'il avait su, pour la photo, il serait venu avec un parapluie à l'identique de celui du héros et on n'aurait vu que ses mains. Le Prisonnier, encore une excellente référence sur le sens de la vie, de la réalité.

Va donc pour la photo d'une main, tendue, ouverte, pour l'invitation, pour la rencontre... et prête à l'action.

Art robotique - Une exposition présentée par la Cité des sciences et de l'industrie, Paris 8 avril 2014 - 4 janvier 2015
Art robotique - Une exposition présentée par la Cité des sciences et de l'industrie, Paris 8 avril 2014 - 4 janvier 2015
Citons parmi les projets et réalisations, outre Transformer et Matière-Lumière, la web série très sociale Tour-Réservoir réalisée par Jean-Michel Bruyére, (www.tour-reservoir.com) qui donne la parole aux habitants d'un "quartier" comme on dit. Vous pourrez y choisir les personnages que vous avez envie de suivre, combiner à votre guise les épisodes conçus pour s'enchaîner librement.

Richard Castelli nous a  aussi parlé avec enthousiasme d'un travail à venir sur les images d'un film de Clouzot.

Robert Lepage, qui sait tout mettre en scène, lui même, opéra, cirque, film ...travaille à un projet avec le Théâtre du Soleil d' Ariane Mnouchkine, pour septembre ...

EPIDEMIC
Jean-Michel Bruyére / LFKs (FR) - Du Zhenjun (CN/FR) - Dumb Type (JP)
Granular Synthesis (AT) - Kurt Hentschlager (AT/US) - Ryoji Ikeda (JP/FR)
Ulf Langheinrich (DE/AT) - Robert Lepage / Ex Machina (CA)
Ryuichi Sakamoto + Shiro Takatani (JP) 
Shiro Takatani (JP) - Saburo Teshigawara / Karas (JP)


www.epidemic.net
www.youtube.com/EpidemicVideo
www.facebook.com/epidemic.production

Notez



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 3 Février 2016 - 16:00 Lisa Simone était à Bonlieu le 29 janvier 2016

Vendredi 20 Novembre 2015 - 16:21 Je ne suis pas un héros


        


Interview | Portrait | Reportage | Festival | Concert | Exposition | Spectacle | Théâtre | Cinéma | Conférence | Littérature

Recevoir la newsletter

Rechercher dans le site




L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    







Nos Reportages Photos Cuturel
Pharaonic 2017 - Bob Sinclar - Big Ali ©Lempens
Jean Sulpice ©jean-Marc favre
Espace 55 Burquier © Wooloomooloo
Inauguration La Cour de l'Abbaye 6 Avril 2017 © Damien Tiberio
Legendes du ski Francais © Wooloomooloo 115
DHBS - Morillon 2017 © Wooloomooloo
Glisse en coeur 2017 © Wooloomooloo 76
Carnaval venitien annecy 2017 ©Paul Rassat
38 Dragon Boat 2016 © Wooloomooloo
Digital x Outdoor Annecy 2016 © Gilles Reboisson
Sosh_Big_Air_2016_Finals-lifestyle-public
36- 5ème SUP Open Race du Lac d’Annecy 2016 - Copyright Wooloomooloo
1Quentin Mosimann - Excenevex Beach Party 2016 - Copyright Move On Mag
1maserati riva
Soirée IPAC Entreprise 18/05/16 ©wooloomooloo
9au bonheur des momes 2016
SG1L5066bbb
B&E Invitational ©Avner Adda

Revenir en Haut