Connectez-vous S'inscrire

« Madame se drogue à l’absolu… » Janine Rhapsodie au Théâtre du Grütli, Genève


Hier soir, nous sommes allées voir la première de Janine Rhapsodie au Théâtre du Grütli. Les seules informations que nous avions sur la pièce (nous n'en souhaitions pas plus) étaient les suivantes : inspirée du Misanthrope de Molière, sauf que cette fois, le Misanthrope, et bien c’est une femme. Autant mes souvenirs de la pièce du maître étaient très vagues, autant le fait de l’aborder sous la question du genre titillait d’amblée ma curiosité. Et bien le genre fut très loin d’être le seul aspect à valoir le détour, voir le retour ! Alors que les lumières se rallumaient, je me demandais déjà à quel moment j’allais pouvoir y retourner, et pourquoi pas avec Eryn, ma nièce de 11 ans, qui ne comprendrait certes pas tout … mais qui pourrait sans nul doute déjà éprouver la surprise, les questionnements et le plaisir de ce qui est, à mon sens, du grand théâtre.


| Rédigé le Mercredi 28 Octobre 2015 |

Carine Barbey et Tiffany-Jane Madden, ça fuse ©SylvainChabloz
Carine Barbey et Tiffany-Jane Madden, ça fuse ©SylvainChabloz
À part celui de Janine, on ne connaît pas le nom des trois autres personnages, qui se définissent finalement par leur fonction, leur apparat (et notamment leurs chaussures), leur discours - la tox’, le compagnon de Janine et l’agent immobilier. Pas besoin d’en savoir davantage puisqu’ils n’existent pas en dehors de l’image qu’ils renvoient. Et puis quoi qu'il en soit, le ton est annoncé dès les premières répliques de la tox’ : tout est faux.

À travers une mise en scène simple, fine, mais ambitieuse, Julien Mages aborde des thèmes sociaux et politiques : le désir mais l’incapacité de transcender les classes sociales ; l’hypocrisie d’une société qui pousse au succès et à sa médiatisation mais crache sur la réussite personnelle et la visibilité. Le paraître (« on ne vit pas, on manière ! »), l’égo (« et si j’écrivais un concerto ?! »), et le snobisme intellectuel renvoient à des questionnements Goffmanien sur la mise en scène de soi qui continuent de résonner encore bruyamment de nos jours. Pour finir, les canards et les sarcelles font de la résistance pour lutter contre des ambitions immobilières vénales et destructrices. Ou en tous cas, on s'en sert comme ultime rappel à la raison.

Juan Bilbény, à se tordre de rire! ©sylvainchabloz
Juan Bilbény, à se tordre de rire! ©sylvainchabloz
Pour notre plus grand plaisir, Julien Mages emmène ses quatre acteurs vers les débordements de l’esprit et du corps. Les répliques fusent et rivalisent d’intelligence, ça crie, ça jure, tandis que les personnages se roulent par terre, éructent, crachent, chantent (quelles performances !) tombent, sautent, et finissent entremêlés. Mais le plus remarquable et le plus savoureux, c’est que tout cela nous est servi sur un plateau bourré d’humour. Du cynisme, du grinçant, du trivial… qu’est-ce qu’on rit !

Les thèmes de fond de cette pièce sont loin d’être les plus joyeux : l’artificialité des choses, la difficulté de se sentir bien là où l’on est, la vacuité de la vie… Mais pour les réflexions que ce théâtre entraine et le plaisir qu’il procure, chacun-e d’entre nous devrait y aller, disons une fois par semaine, histoire de se sentir bien vivant-e et moins bête. Aller, il reste deux semaines, ça laisse de la marge.

Jusqu'au 8 novembre 2015, toutes les infos et réservations sur http://www.grutli.ch/spectacles/view/90#.VjCUr6SCibI
 
Notez


Aurore Fossard De Almeida
Rédactrice et reporter pour Move-On Magazine. Les images qu'on fixe, les images qui bougent, les... En savoir plus sur cet auteur

        


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Interview | Portrait | Reportage | Festival | Concert | Exposition | Spectacle | Théâtre | Cinéma | Conférence | Littérature



Recevoir la newsletter

L'actualité par mots-clés




L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      



Ajouter mon événement à l'agenda gratuitement !





Nos Reportages Photos Cuturel
Sosh_Big_Air_2017__lifestyle_tanner_hall_071017_
Fête du Lac Annecy 2017 © Jean-Marc Favre
Pharaonic 2017 - Bob Sinclar - Big Ali ©Lempens
Jean Sulpice ©jean-Marc favre
Espace 55 Burquier © Wooloomooloo
Inauguration La Cour de l'Abbaye 6 Avril 2017 © Damien Tiberio
Legendes du ski Francais © Wooloomooloo 115

Revenir en Haut