Connectez-vous S'inscrire
Move-On Magazine





Annecy Classic Festival 2015 : en direct


Mardi soir, l’équipe de MoveOn a été invitée au concert de l’Orchestre Philharmonique de Saint-Pétersbourg, au Centre Bonlieu, dans le cadre de l’Annecy Classic Festival, avec à sa direction Domingo Hindoyan, et au piano Bertrand Chamayou, deux des têtes d’affiche de cette édition 2015. Mon statut de néophyte assumée me gardera bien de faire un retour critique sur le contenu de ce que j’ai vu et entendu (les commentaires autour de moi furent dithyrambiques), mais j’ai eu envie de revenir sur le ressenti, sur ce que cette expérience a provoqué, là, entre le cœur et le foie.


| Rédigé le Mercredi 26 Août 2015 |

L'Orchestre Philharmonique de St Pétersbourg
L'Orchestre Philharmonique de St Pétersbourg
Lorsqu’on prend place dans la prestigieuse salle de Bonlieu, quelques minutes avant le début du concert, ma collègue et moi rions un peu nerveusement de nous retrouver dans un milieu qui n’est pas du tout le nôtre – la moyenne d’âge est aussi élevée que les talons de la plupart de ces dames. À 21h pile, les lumières baissent, le silence s’installe. Nous gloussons encore un peu. Les musiciens apparaissent, les instruments calés, le chef d’orchestre arrive et, d’un geste de baguette, fige le temps. On ne rit plus du tout. Les contrebasses viennent titiller nos tripes, les coups de cymbales réveillent de vieux souvenirs un peu régressifs (Mickey dans Fantasia, rien que ça !), et les grosses caisses, là-bas au fond à droite, me font l’effet jubilatoire d’une bande annonce d’un film d’Universal. Frissons. Le piano, qui s’ajoute à l’orchestre symphonique dans un deuxième mouvement, est étourdissant, et je reste persuadée d’avoir vu les touches fumer un peu. Et de l’avoir vu traverser la salle en tourbillonnant, comme Novecento, dans le roman éponyme. Projetée dans ma dimension intérieure, scotchée à mon siège, je suis abasourdie par la puissance du chuchotement des violons, et de la portée émotionnelle de l’orchestre, même lorsqu’il joue « piano, piano ». 
 
L’homogénéité de cet ensemble, pourtant si complexe, est fascinante. Depuis mon point de vue relativement éloigné, au sens propre comme au figuré, les mouvements des doigts sur les hautbois et des archers sur les violoncelles vont dans le même sens, alors que les notes virevoltantes me racontent un nombre incalculable de choses - le plaisir de pouvoir s’émerveiller naïvement n’est pas donné à tout le monde. Je me surprends alors à m’évader, à me faire la tangente dans cette discussion au cours de laquelle une note me fait digresser, tandis qu’une autre ne tarde pas à me rappeler pour me ramener à cette conversation joyeuse et variée, me laissant ainsi porter au gré des rythmes et des pensées.
 
Puis les poings du chef d’orchestre se ferment, le silence à nouveau. Souffle suspendu. Prise d’une bouffée d’enthousiasme, je m’apprête à applaudir de tout mon cœur quand j’entends siffler des « chuuuuts ! », aux quatre coins de la salle. Comment ça, on n’a pas le droit d’applaudir ?! Je veux bien ne pas crier mon bonheur au beau milieu de la symphonie, mais tout de même, alors que les instruments se taisent, pas le droit quand même ?! La conspiration semble générale, l’accord est aussi tacite qu’injonctif, probablement ancestral. Aaah, les codes, les codes, les codes… Seuls les naïfs pensent que la joie et la gratitude peuvent ne pas suivre de règles. J’applaudirai tout de même, à la fin, de bonne grâce et comme il se doit – mais la ferveur est retombée, l’enthousiasme entamé pour laisser place à l’amertume de n’avoir pu partager, le moment venu, le plaisir d’une émotion saisie au vol. M’en fous, vendredi (j’y retourne !), j’applaudis. Au milieu. Enfin, j’crois.
 
Alors que l’on quittait la salle, plusieurs formules nous sont venues à l’esprit pour qualifier l’expérience. « Une expérience trippante » (qui fait voyager ET qui vient des tripes). « Une caresse au cerveau» . Ma collègue, ravie, me dit : « Ça envoie du steak ! ». À vous de voir celle qui vous convient le mieux. Tant mieux, vous avez jusqu’à dimanche, dernière journée du festival. :)

Toutes les infos sur le site du festival.
 
 
 
 

Bertrand Chamayou ©MarcoBorggreve
Bertrand Chamayou ©MarcoBorggreve
Notez

Aurore Fossard De Almeida
Rédactrice et reporter pour Move-On Magazine. Les images qu'on fixe, les images qui bougent, les... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 25 Janvier 2017 - 15:22 CLAP Maghreb du 25 au 31 janvier 2017

Lundi 31 Octobre 2016 - 14:19 JAZZ AUX CARRÉS, la 7° édition


        


Interview | Portrait | Reportage | Festival | Concert | Exposition | Spectacle | Théâtre | Cinéma | Conférence | Littérature

Recevoir la newsletter

Rechercher dans le site




L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    







Nos Reportages Photos Cuturel
Carnaval venitien annecy 2017 ©Paul Rassat
38 Dragon Boat 2016 © Wooloomooloo
Digital x Outdoor Annecy 2016 © Gilles Reboisson
Sosh_Big_Air_2016_Finals-lifestyle-public
36- 5ème SUP Open Race du Lac d’Annecy 2016 - Copyright Wooloomooloo
1Quentin Mosimann - Excenevex Beach Party 2016 - Copyright Move On Mag
1maserati riva
Soirée IPAC Entreprise 18/05/16 ©wooloomooloo
9au bonheur des momes 2016
SG1L5066bbb
B&E Invitational ©Avner Adda
Pharaonic Festival - Vendredi 11 Mars 2016 - Chambéry
AC/DCU - GWAPPS - Samedi 13 Février 2016 - Orcier
Carnaval Vénitien samedi 20 février à Annecy
Cesni Ride The Street
Tartine Fest 2015©Erick Beugnet
Tartine Fest- Heymoonshakers©LaurianeSenty
NababGenève©AuroreFossardDeAlmeida-10

Revenir en Haut